Le cloud computing ou comment ne plus se soucier des synchronisations

Voici un article vous expliquant de manière concise et le plus exhaustif possible ce qu’est le cloud computing et qu’elles sont les solutions offertes dans le monde des tablettes …

Cloud computing
Le cloud computing, ou comment ne plus se soucier des synchronisations.

Le cloud computing, tout le monde en parle, mais c’est quoi au juste?

Le cloud computing, ou informatique dans les nuages, est un concept où les utilisateurs ne possèdent plus d’ordinateurs puissants, seulement des petites machines. Ces petites machines sont en fait des clientes de serveurs qui eux ont une puissance de calcul très importante. L’idée est donc de déporter une partie des opérations réalisées initialement en local sur un serveur distant qui nous renverra le résultat. Ces opérations pouvant être des calculs importants, du stockage, des recherches en ligne, etc.

Ça, c’est le principe de base, mais dans le monde des tablettes, lorsqu’on parle de cloud computing, la principale application est la synchronisation silencieuse de vos données, et croyez moi, ça vous simplifie la vie.

Et concrètement, qu’est ce que ça apporte à l’utilisateur ?

Concrètement, vous n’avez plus à vous poser la question de savoir si, le vendredi soir, en sortant du bureau, vous avez copié vos documents sur une clé USB pour pouvoir travailler dessus le week end. Ou encore, vous n’avez plus besoin de faire des sauvegardes de vos photos de vacances inoubliables à Marrakech. Tout est dans « le cloud », vous pouvez consultez tous vos documents, partout, tout le temps.

Quelques exemples pour éclaircir tout ça:

gmail cloud
Gmail, l'application dans le cloud par excellence.

Sans le savoir, vous faites déjà du cloud computing. Ne serait-ce qu’en synchronisant votre adresse mail avec votre smartphone (ou tablette): n’avez vous jamais remarqué qu’il faut moins de 30 secondes entre l’envoie du mail et la réception sur votre appareil? Ça, c’est la magie du cloud!

Gmail: Vous possédez 7go de stockage de mail (pour les photos et vidéos qu’on vous envoi par exemple) que l’on peut augmenter moyennant finance. De plus, la synchronisation (comme dit juste au dessus) est vraiment très efficace avec des appareils sur android.

Google docs: Google offre depuis maintenant plusieurs années une solution de cloud computing basique qui propose gratuitement jusqu’à 1go(extensible) d’espace de stockage. Ce qui le différencie des autres est sa simplicité, pour débuter dans le cloud computing, c’est sans doute ce qu’il y a de mieux !

Evernote: Cette solution ne propose pas d’offre gratuite pour le stockage mais un nombre illimité de « notes », pratique pour déposer quelques idées qui nous viennent à l’esprit. On peut aussi imaginer utiliser Evernote lors d’une réunion ou en cours, avec une connexion wifi toute simple, vos notes sont mises à jour en direct. N’oublions pas que la société a fait récemment l’acquisition de Skitchs, ainsi, vos notes visuelles ou textuelles peuvent être synchronisées sur un même compte, pratique !

DropBox: Le moyen le plus abordable (financièrement et techniquement) pour faire du cloud computing au quotidien, il offre 2Go gratuitement à l’ouverture de votre compte, grâce au parrainage, vous pouvez de plus augmenter de 8Go supplémentaire tout cela sans rien payer. Vous pouvez sinon payer un dizaine d’euros mensuellement pour bénéficier de 50Go.

Picasa: Un incontournable depuis bien longtemps, Picasa (qui a été racheté par Google en 2004) est une solution de stockage de photos où vous bénéficier de 1Go gratuitement. Pour se départager, les développeurs ont travaillé le côté mobile du service: l’implantation sur android est parfaite, vous n’avez même pas à vous en soucier, dès que vous prenez une photo, elle est uploadée sur votre compte, tout simplement !

Box.net: Je ne vais pas rentrer dans les détails puisque Guillaume nous a fait il y a peu un super article à son propos. Pour rappel, vous avez encore jusqu’au 2 décembre pour bénéficier de 50Go de stockage sur leur solution de cloud computing… apparemment à vie, ça vaut le coup !

Je vais m’arrêter là pour les exemples, mais il en existe plein d’autres (notamment celle d’Amazon, d’Apple, de Microsoft avec Hotmail) !

Et Ice Cream Sandwich dans tout ça?

Android-Ice-Cream-Sandwich
Google apprécie toujours autant le cloud !

Android a toujours été connecté, que ce soit via gmail, picasa ou même plus récemment l’Android market. Cependant Google sait qu’il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers dans le monde de l’informatique, c’est pour cela qu’Ice Cream Sandwich apporte des petites nouveautés dans ce domaine.

Tout d’abord, le navigateur se voit doté de nouvelles fonctionnalités tel que la synchronisation des favoris avec google Chrome et le préchargement de pages (utile lorsque vous êtes en train et que vous allez passez sous une montagne par exemple et vous prévoyez ainsi la perte de réseau).

Ensuite, l’application e-mail (et non gmail) est elle aussi améliorée avec de nouveau boutons, la fonction de recherche, c’est finalement plutôt une remise à niveau face à gmail.

 

Vous l’aurez compris, le cloud computing dans le domaine des tablettes se présente sous différentes formes, mais toujours au niveau du stockage, il n’y a pour le moment pas d’offre de cloud computing pour faire des calculs très importants à l’image d’Amazon EC2 mais le concept étant plus ou moins récent, on peut s’attendre à des surprises d’ici peu.

le 11 45
-

11 Comments

  1. serait  il possible d’avoir  les comparatifs de prix entre les differents fournisseurs ????? Merci  d’avance   car je  fais une note de service en cours d’informatique sur le cloud

  2. Super et plein d’idées ouvertes vers le futures
    D’ailleurs, comment aider les prochaines générations à mieux utiliser l’avenir smartphone et tablet ?
    J’aimerais bien en faire un métier. mais comment être rémunéré par les particuliers pour pouvoir vivre de ses formations ?????
    decottignies.damien@hotmail.fr

    1. Une formation par chère mais 10/15 particuliers par session ;-) Ou de la formation en ligne, mais en veillant bien à limiter les possibilités de téléchargement de la vidéo. Je doute fort que le marché soit viables, car les générations 10/25 ans actuelles n’ont vraiment pas besoin d’être formées Damien.

  3. d’autant plus qu’avec les box maintenant il devient très facile de faire un serveur de donné cher soit. 
    Et cela permet d’avoir tout ses fichiers partout sans les envoyer sur des serveurs nébuleux dont on ne sais pas grand chose.

    1. Sans décentraliser ces données, c’est à dire en les stockant chez soi, c’est très risqué. Il vaut mieux un hébergeur externe pour protéger des données et en assurer la disponibilité et la sauvegarde. C’est un vrai métier. Personnellement j’ai un NAS qui pourrait faire office de serveur, mais mes données « importantes » sont hébergée à l’extérieur, chez 2 fournisseurs différents (dropbox et infomaniak). Des serveurs comme ceux de Dropbox, Amazon S3 ou Google storage sont tout sauf nébuleux. Mais il est vrai que le concept Cloud est assez « nébuleux » à appréhender.

  4. Article quelque peu nébuleux, comme le cloud finalement…. Quid de la protection des données personnelles sauvegardées en contrepartie d’une soit disante simplification de la sauvegarde proposée par l’hébergeur….. Il faudrait un article d’ailleurs, sur la comparaison entre fournisseurs, des diverses conditions de protection de données « cloudées »….

  5. Article bien amené pour introduire un sujet qui pourrait donner des livres d’écrits… Où même les informaticiens peuvent se perdre.

    1. Je pense que le problème le plus important est que les usagers peu expérimentés d’internet (et parfois même les expérimentés) n’ont pas une idée très clair de ce qu’est le cloud computing, le but de ce dossier était d’éclaircir un peu le sujet.

      1. Vous disposez dans courrier international 1098 du 17 au 23 novembre, et disponible en téléchargement sur torrent 411 d’une série d’articles sur ce sujet qui vous aideront à peser le pour et le contre sur le cloud . Non pas qu’il soit question pour moi de jeter le bébé avec l’eau du bain, mais si on l’utilise de savoir où on se lance.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *