Tablettes tactiles et enseignement : applications utiles en classe

Suite de notre série initiée avec Sébastien Verbert et Tablette-Store.com sur une expérimentation détaillée sur les tablettes tactiles en classe. Troisième épisode : les applications utiles en classe, et quelques anecdotes.

Passons à présent à la suite des opérations… enfin !

L’usage classique que je réserve, comme beaucoup d’enseignants je suppose, à l’usage de l’ordinateur réside en 2 catégories:

  •  la consultation (logiciels, ressources issues du net)
  • la création de ressources (création de cartes heuristiques comme précédemment évoqué, création de médias mais surtout dans une suite d’outils de bureautique. J’omets volontairement l’expérimentation assistée par ordinateur ExAO, qui est très spécifique aux sciences)

Pour la consultation

Pour consulter une ressource sur une tablette, il est fortement recommandé d’équiper la salle ou le bâtiment d’un réseau Wifi.

Infrastructure et précautions

Aucune connectique n’est possible pour monter sur un réseau filaire. Cependant, une borne Wifi n’est pas compliquée à installer, il faudra juste veiller à sécuriser correctement cette dernière pour éviter que tous les élèves ne profitent sans contrôle d’un accès à internet en dehors du cadre prévu…

Pour ma part, une simple borne wifi est connectée à une prise réseau ((RJ45)) quand j’ai besoin d’utiliser mes tablettes.

Une fois ce problème résolu, le « buttinage » peut commencer

La consultation d une ressource sur le net

L’iPad

Sur l’iPad, la navigation se fait par défaut avec Safari. Ce navigateur se montre très simple d’accès pour les élèves et est bien connu des utilisateurs de l’iPhone. La navigation y est fluide et rapide.

Cependant, les premières remarques fusent: « il n’est pas possible d’aller consulter ses notes pour un élève! » ou « impossible de rentrer ses notes ! » gênant pour un enseignant qui travaille sous scolinfo. De plus certaines pages possédant des animations de type flash ne sont accessibles. Malgré l’arrivée du html5, les sites hébergeant ce type d’animation sont très nombreux comme certains sites qui ne font que cela, ex : biologieenflash.

Le premier problème est facilement réglé en changeant de navigateur comme Dolphinbrower HD (( [app 460812023] )). Ce dernier permet d’accéder à des sites qui sont récalcitrant aux navigateurs autre que Internet Explorer.

Enfin la taille de l iPad (10 pouces)  est très conviviale pour la consultation sur le net. Les fenêtres sont de tailles suffisantes pour avoir un aperçu assez complet des pages.

Samsung Galaxy Tab

Sur la Samsung Galaxy Tab (ici en 8,9 pouces) la navigation se fait par le navigateur Android par défaut (Chrome Lite). Il est très simple dans une première approche mais peut se révéler très paramétrable dans ses fonctions avancées (partager, marquer, enregistrer…). Malgré une taille d’écran plus petite la navigation se fait sans aucun problème. La résolution d’écran est la même que sur la tablette Galaxy Tab de 10 pouces. Un petit zoom s’impose parfois (deux doigts suffisent à résoudre ce faux problème). Au passage, ayant eu en classe des élèves malvoyants, ce procédé fait merveille auprès de ce public, fini les documents photocopies en A3 qui l’encombraient autant qu’ils l’aidaient.

Asus Transformer

Sur l’Asus transformer, nous sommes sur le même environnement que sur la tablette Samsung. L’écran est cette fois ci au format 16:9. La plus-value n’est pas réelle pour de la consultation de site sauf ci ce dernier contient des vidéos dans ce format. Comme sur la Samsung, la vraie différence par rapport à l’iPad réside dans le fait que la consultation peut être complète c’est à dire que même les sites hébergeant du flash sont accessibles et dans le monde de l’éducation, beaucoup de ressources sont dans ce format.

Enfin sous Android (l’Asus ou la Samsung), il est également possible de changer de navigateur, même mieux, au lancement d’un site, le système peut proposer de choisir quel navigateur utiliser !… Ainsi, la navigation sous Android ne bride en aucun cas les élèves ou l’enseignant selon son contenu.

Pour la création de ressource

Le problème suivant réside à présent dans le choix des applications à mettre en place de façon gratuite ou payante.

Les guides pour les logiciels sous iOS ((système de l’iPad)) sont très nombreux, je ne saurai que trop vous conseiller le guide pour iPad sur le site de ecolenumeriquepourtous.

Cependant, les guides sous Android sont quasi inexistant… Quelques conseils sont alors à prendre sur les sites spécialisés comme celui que vous visitez (!) ou la presse spécialisée. (n’hésitez pas à réagir dans les commentaires et faire part de vos conseils suite à vos usages …)

Voici, selon moi, les incontournables d’un enseignant pour une suite bureautique capable de répondre aux attentes des élèves dans le secondaire:

Logiciels de « bureautique » selon moi

 iPad

 Samsung ou Asus

Intérêts pédagogiques

Traitement de texte

Page
(7€99)

Polaris office
(gratuit et d’origine)

Rédiger une texte avec une mise en page simple

Tableur

Numbers
(7€99)

Polaris office
(gratuit et d’origine)

Réaliser un tableau, des calculs, un graphique

Présentation diapositive

Keynote
(7€99)

Polaris office
(gratuit et d’origine)

Présenter un diaporama

Montage vidéo

iMovie
(3€99)

Je n ai encore rien trouve d’équivalent réellement ((A part celui livré avec certaines versions d’Android qui fait le travail))

Réaliser un petit montage simple permettant de présenter une production

Annotation de photo

Skitch
(gratuit)

Skitch
(gratuit)

Annoter des photos ou capture d écran

Lecteur de pdf

GoodReader

Lecteur Android par défaut efficace

Indispensable pour faire émerger une idée ou un concept d un document.

J’organise en ce moment des audits d’enseignants dans différentes matières :

Dans les premiers retours d’expériences concernant les incontournables comme la suite bureautique, je suis frappé par le fait que les enseignants cherchent constamment les applications les plus proches de la suite Office proposée par Microsoft. Le changement de structure des applications déconcerte immédiatement. Cela est un réel frein quand on présente une tablette. Ce produit qui attirait la curiosité dans un premier temps provoque un temps de scepticisme dans un second temps. Il y a une nécessité de convaincre et de démontrer qui est incontestable. Une fois la démonstration faite (et réussie) l’écoute redevient constructive.

Actuellement, les applications de bureautique rendent les fichiers produits par la suite office windows exploitables sans trop de contraintes. Il faut juste veiller parfois à la mise en page.

Dans les trucs et astuces découverts un peu par hasard, je vous livre quelques remarques en vrac:

  • Afin de commencer à utiliser des livres numériques avec mes tablettes, la première opération à consister à sacrifier sur l’autel de l’innovation pédagogique le manuel scolaire des SVT que mes élèves possèdent et de la passer entièrement dans la photocopieuse qui m’a ressorti un pdf de 180 pages pour un poids de 250 Mo. Il a fallu user d’astuces pour l’intégrer dans l’iPad (via des disques distant comme Dropbox, Sugarsync, box.net) ou remercier les ports USB des deux tablettes sous Android.
    Ainsi, le manuel scolaire que chaque élève possède est dores et déjà dans les tablettes qui sont à disposition dans les classes.
  • Les appareils photos embarqués sont globalement de bonne qualité avec la palme à la tablette Samsung qui en plus de réaliser des photos de belle qualité ( pique dans l image, balancée des blancs, …) possède une interface logiciel de grande qualité. Ainsi même les TP du baccalauréat nécessitant normalement un ordinateur, un appareil photo numérique un adaptateur pour fixer ce dernier sur le microscope, sont réalisable directement sur la tablette pour des résultats parfaitement similaire. ( résultats dans les prochains articles….)

Personnellement, ma préférence va vers la suite bureautique de chez Apple. La suite bureautique QuickOffice HD n’offre pas vraiment de plus value justifiant son achat par rapport à la suite OfficePolaris qui équipe naturellement les tablettes Asus et Samsung.

Retrouvez les précédents billets de cette série

le 6 70
-
Article précédentArticle suivant
6 commentaires
  1. Question tres simple: peut on faire de l’EXAO avec une tablette numérique ? Et nos actuels capteurs et logiciels type Jeulin peuvent ils être utilisés ?

  2. Concernant les suites bureautiques. Utilisateurs d’office 2010 pour gérer mes classes, gérer les données importantes dans le tableur pour les évaluations, j’ai apprécié la suite polaris installée sur la samsung. Cependant j’ai noté quelques différentes d’importations avec mes fichiers excell. Les formules ne sont pas toutes intégrées comme sur le fichier d’origine (parfois seule la première cellule d’une colonne contient la formule, les suivantes non). Peut être s’agit il d’un paramétrage, je n’ai pas encore fouillée la question.
    Il est clair que les enseignants qui ont acheté la suite office 2010 pour 8€ peuvent ne jurer que par celle là ! j’en suis et comme je suis utilisateurs depuis longtemps je rechercher pour ma tablette la suite la plus compatible.
    D’ailleurs quelqu’un a t il testé DOC TO GO  version premium ?

    Prof d’EPS j’utilise souvent la photo et la vidéo pendant mes cours mais ce n’est qu’avec ma tablette perso et je ne la prête pas aux élèves. Mais ceux ci sont très réceptifs à l’attout que cela peut représenter dans les activités physiques de se voir faire et de comprendre ce qui se passe pour corriger.

    Cordialement

  3. Bonjour,

    Venant du monde Linux (utilisation en classe sur mini-réseau LTSP et sur TBI) depuis 12 ans maintenant, je me lance dans l’usage de la tablette, je viens d’avoir une transformer prime. Androïd est totalement nouveau pour moi, mais je perçois assez bien l’usage de l’outil comme manuel numérique (entre autre). Aussi je me suis lancé dans la conversion de mes documents openoffice en pdf pour en faire des livres lisibles sous les applis de biblio sous androïd et là, je bloque…

    -> j’ai essayé « calibre » sous ubuntu pour obtenir de l’epub lisible sous androïd : mise en page à revoir.
    -> ensuite sous androïd, l’appli biblio d’origine n’est pas des plus agréables…

    Aussi si vous avez des conseils, je suis preneur pour tester et faire le point sur les applis de ce type, en classe.

    cordialement

  4. C’est vrai que des iPads à bon marché, c’est une vraie économie pour l’Education nationale par rapport à de vulgaires manuels scolaires, qui ne sont pas obsolètes au bout d’un an, que les élèves peuvent manipuler ou emporter chez eux sans risquer de les casser, de les perdre ou de se les faire voler, contrairement aux manuels. J’aimerais voir ce que peut donner ce genre d’expériences dans certaines Z.E.P.

    Si on résume, vos applications utiles en classe, c’est vraiment révolutionnaire : pouvoir taper du texte avec des traitements de texte dignes des
    années 90, quel progrès ! C’est comme transformer un manuel en
    pdf : quelle « l’innovation pédagogique » ! Le monde en est changé.

    1. Sans vouloir répondre à la place de Sébastien, l’innovation réside d’avantage dans l’informatisation légère, mobile et simple des postes de travail des élèves grâce aux tablettes que dans l’utilisation d’un software révolutionnaire.
      Le PDF n’est pas récent mais il fonctionne toujours bien, et Sébastien démontre que c’est utilisable en tant que tel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *