2015 l’année Ubuntu Touch ? Le premier smartphone sous Ubuntu disponible le 6 février

Par ,

Entre les grands acteurs du marché mobile que sont Android, iOS et Windows, des petits nouveaux tentent de se faire connaitre. Parmi eux débarque Ubuntu Touch, l’OS GNU/Linux dérivé de la célèbre distribution pour PC. Un futur système incontournable ou un essai en vain ?

Smartphone sous Ubuntu Touch

 

Les premiers smartphones Ubuntu

Le 6 février 2015 verra la sortie officielle du tout premier smartphone supporté officiellement pas Canonical, la société qui gère l’OS Ubuntu. Créé par la marque espagnole Bq, l’Aquaris e4.5 ne détonera pas par ses caractéristiques qui l’orientent vers l’entrée de gamme :

  • Ecran 4.5″ en 960 x 540 px
  • Processeur quad-core Mediatek Cortex A7 à 1.3 GHz
  • GPU Mali 400 à 500 MHz
  • 1 Go de RAM
  • 8 Go de stockage interne
  • Dual-SIM
  • Batterie 2150 mAh
  • OS Ubuntu Touch

Ce n’est clairement pas une bête de course. En fait l’engin existe déjà en version Android avec un prix de 169.90€. Canonical ne prend donc pas le risque de lancer son OS sur un smartphone haut de gamme. Une décision qui semble plutôt logique : il est plus simple d’attirer les acheteurs avec un terminal abordable pour ensuite monter en gamme. Chose qui sera probablement faite avec le chinois Meizu.

Bq Aquaris Ubuntu
Le concept du Aquaris 4.5 sous Ubuntu Touch.

En effet, Bq n’est pas le seul partenaire de Canonical pour le lancement de son nouvel OS. L’an dernier, Meizu  annonçait pour ce début d’année l’arrivée d’un smartphone qui tournerait non pas sous Android mais Ubuntu Touch. Les rumeurs font état du MX4 ou du MX4 Pro comme plateforme potentielle. Si cela se confirme, alors Ubuntu aurait lui aussi droit à son haut de gamme avec la phablette chinoise (au look d’iPhone).

Meizu MX4 Ubuntu
Ubuntu Touch tournant sur le Meizu MX4.

Ubuntu Touch devrait donc monter rapidement en gamme si l’essai en Europe s’avère concluant. Un souhait voulu par Mark Shuttleworth, le fondateur de Canonical, qui a indiqué lors du CeBit 2014 vouloir un positionnement tarifaire entre 200 et 400$ pour les smartphones sous Ubuntu Touch. Un moyen de ne pas entrer en concurrence directe avec Firefox OS, déjà établi dans l’entrée de gamme.

Un OS radicalement différent

Ubuntu Touch se veut totalement différent de ce qu’on connait déjà sous Android ou iOS. Nouvel OS et nouvelle interface. Même si des classiques restent comme l’écran de verrouillage avec code PIN ou simple glissement, l’utilisation du produit demandera un certain temps d’adaptation. Un pari risqué, le public n’aimant pas changer ses habitudes. Et la réputation de GNU/Linux a encore la vie dure malgré les années qui passent.

Malgré tout, Ubuntu Touch pourrait être le vent frais du renouveau pour les déçus des nouvelles versions d’Android et iOS. Ici, les applications ne sont pas centre du système. Canonical a voulu apporter une vision différente en amenant l’information voulue au moment voulu. C’est pour cela que le système des “scopes” a été inventé. Grâce à ce système, plus besoin de basculer d’une application à une autre : tout se retrouve au même endroit, facilement accessible. Un procédé qu’on pourrait rapprocher de Google Now, sans pour autant être une pâle copie.

Les scopes de Ubuntu Touch

 

Et parce que les images valent mieux que les longs discours, voici une petite vidéo qui vous présentera Ubuntu Touch en action avec les commentaires de Mark Shuttleworth.

Une autre nouveauté est l’absence totale de boutons physiques et virtuels. Dans Ubuntu Touch, tout est gestuel. Un glissement vers la droite affichera l’accès rapide aux applications (comme Unity sur PC), un glissement de haut en bas vous donnera accès aux réglages rapides et un glissement de droite à gauche affichera toutes les applications en cours. Oubliez le “home” comme sur Android, cette notion n’existe pas avec Ubuntu Touch où aucun écran n’est privilégié. Le changement est donc plutôt radical mais attirant. Espérons que le concept tienne la route lors de l’utilisation.

Comment le tester ?

Si vous possédez un appareil Nexus, alors vous avez la chance de pouvoir essayer Ubuntu Touch dès maintenant. En effet, comme Android et Ubuntu Touch sont basés sur un noyau Linux, en théorie n’importe quel appareil prévu pour l’OS de Google peut recevoir celui de Canonical. Une aubaine pour la communauté de développeurs qui a permis le portage sur les terminaux haut de gamme des années précédentes. Nexus 4, 5 , 7 et 10 sont donc compatibles. Voici une vidéo montrant un exemple d’installation sur un Nexus 4. Gardez à l’esprit que l’OS est en développement et que certaines fonctions ne sont pas présentes.

L’ensemble tourne déjà bien et augure du bon pour l’avenir. Sachez que certaines applications comme Evernote ou Pinterest sont déjà disponibles pour cette nouvelle plateforme. D’autres comme Spotify ont leur version non-officielle, preuve là aussi que la communauté est très active. Ubuntu Touch a un énorme potentiel et peut réussir à séduire son public. Reste à voir si les constructeurs et développeurs joueront le jeu jusqu’au bout.

En attendant un futur test sur une version finale, nous ne pouvons que vous inviter à donner votre avis sur ce nouvel OS radicalement différent. Pensez-vous qu’il peut se faire une place parmi les grands ?

le 3 362
- Marque(s) / Os :
Article précédentArticle suivant
3 commentaires
  1. 2015 s’annonce être une année intéressante pour le monde des smartphones/tablettes.
    Entre la probable arrivée de W10 et sa volonté d’unification, Firefox OS qui devrait déployer plus ses ailes en france et Ubuntu Touch qui débarque enfin ;)

    Je pense et j’espère qu’il sera difficile de faire son choix sous le sapin 2015 ;)

    J’aimerais une telle concurrence d’OS sur nos PCs qui souffrent d’un monopole vieillissant et non challengé ;)

  2. J’attends beaucoup de ce nouvel OS. Malheureusement, il arrive bien tard. Alors que le projet Edge était prometteur, il était clairement trop ambitieux. La possibilité de connecter un tel terminal sur un dock pour en faire un éventuel mini ordinateur était parmi les fonctions envisagées par Canonical, ce qui pourrait être un argument majeur pour l’adoption de ce système. Sans une profusion d’applications derrière, cet OS risque de rester encore plus confidentiel que sa version desktop.

  3. Attention la photo montre un BQ aquaris 4.5 et non pas un aquaris E4.5 je suis moi même possesseur de ce mobile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *