Shadow Era : notre test du “Magic-like” sur tablette tactile !

Par ,

Si vous aimez les jeux de cartes à collectionner et les tablettes tactiles, alors Shadow Era est fait pour vous ! Petit test d’un TCG façon Magic the Gathering !

Shadow Era, un jeu de cartes multi-plateformes gratuit

Avant toute chose, je vais faire un peu la lumière sur quelques termes obscurs qui seront employés dans ce test, histoire que celles et ceux qui débutent dans le grand univers des TCG ne se sentent pas lésés !

  • TCG : Trading Card Game, traduit par Jeu de Cartes à Collectionner (JCC). Le but est de collectionner des cartes afin de créer un deck pour affronter son adversaire. Magic the Gathering (Magic l’Assemblée in French) est sûrement le JCC le plus célèbre au format papier.
  • Deck : c’est un ensemble de cartes que le joueur trie sur le volet afin de créer un jeu efficace qui lui permettra d’écraser son adversaire dans la boue tout en se moquant de lui ;-) Un deck comprend souvent quelques dizaines de cartes.
  • Cimetière : c’est l’endroit où vous pourrez enterrer les joueurs que vous aurez vaincu. Bon ok, en fait c’est l’endroit où vos cartes détruites par l’adversaire finiront. Loin d’être pénalisant, cet endroit est souvent une source de puissance avec certains decks bien adaptés. Chaque joueur possède un cimetière.
  • HP : Health Point ou PV (Points de Vie en français). En général, le but des TCG consiste à abaisser les HP de l’adversaire à 0 avant qu’il ne fasse de même avec les vôtres.
  • Mana : c’est ce qui permet de mettre en jeu des cartes sur le plateau. Plus vous en avez, plus vous pourrez invoquer de gros monstres balaises (mais très moches).

Voilà, vous savez le minimum syndical, le reste s’apprend au charbon ! Chaque TCG possède des règles bien distinctes, même si les grandes lignes sont les mêmes. Et Shadow Era ne déroge pas à ce principe. Le jeu est même fortement similaire à Magic, comme nous allons le voir dès maintenant !

Principe :

Après la création d’un compte (sur le site ou via le jeu), vous devrez choisir un héros : celui-ci sera indispensable au jeu. Il en existe plus d’une dizaine, avec des capacités et des PV variables. Une fois votre choix fait, vous obtiendrez 29 cartes afin de constituer votre deck de départ. Inutile de dire que ces premières cartes sont relativement basiques et ne vous permettront pas de vaincre les meilleurs joueurs lors des tournois en ligne ! Vous débarquerez ensuite sur une carte du monde, avec des avatars qui seront vos premiers ennemis. Pour le moment, vous pourrez faire l’impasse sur le multijoueur, il faut au moins 40 cartes pour y accéder, mais j’en reparlerai plus loin dans l’article.

La carte du monde avec vos ennemis dirigés par l’IA

Impatient d’en découdre, je sélectionne un ennemi au hasard et je lance le premier combat. La première vue de la surface de jeu me donne furieusement l’impression d’un mélange entre Magic et Yu-gi-oh. On y retrouve les éléments suivants :

  • Héros
  • Cimetière (graveyard)
  • Ressources
  • Alliés
  • Support
  • Deck
Le plateau de jeu au début d’une partie
Les dessins sont magnifiques, c’est un vrai régal !

Le héros représente les points de vie de chaque joueur, l’objectif étant de réduire les PV de l’ennemi à 0. Chaque joueur reçois 6 cartes de son deck. C’est la Draw Phase (le jeu est en anglais) et passe ensuite à la Sacrifice Phase, qui consiste à envoyer une carte de sa main dans le coin Ressources. Ces ressources permettent “d’invoquer” vos cartes sur le terrains. Naturellement, plus vous avez de ressources, plus vous pouvez invoquer de cartes puissantes ! On arrive ensuite à l’Action Phase, qui consiste à poser des unités depuis votre main, jouer des sorts, attaquer, etc… Durant cette phase, vous êtes libres de jouer dans l’ordre que vous voulez, alors profitez-en pour faire un maximum de dégâts ! Une fois que vous n’avez plus rien à faire, il est temps d’appuyer sur End Turn pour laisser jouer votre adversaire, qui suivra les mêmes étapes que vous. Globalement, le principe est simple et efficace, c’est bien équilibré et pensé. Bref, les débutants comme les hardcore gamers y trouveront leur compte !

Passons maintenant aux combats : là encore, la simplicité est de mise. L’attaquant sera toujours le premier à porter le coup et peut choisir n’importe quelle cible, y compris le héros (à moins que le défenseur ne possède une carte modifiant ces règles). Admettons que vous attaquiez avec votre brave soldat qui possède 2 PV et 2 points d’attaque. Vous portez votre choix sur un monstre particulièrement laid (et ressemblant fortement à votre belle-mère) qui possède 3 PV et 1 point d’attaque. Aucune règle spéciale ne s’applique, vous lancez l’assaut et infligez 2 points de dégâts, ce qui réduit les PV de votre belle-mère à 1 PV. L’ennemi étant encore debout, il contre attaque et inflige 1 point de dégât à votre brave soldat, qui se retrouve lui aussi avec 1 PV. Le comptage des dégâts se fait automatiquement, vous pouvez zoomer sur n’importe laquelle de vos cartes durant votre tour afin de vérifier l’état de vos unités.

L’attaque d’un héros ennemi sans défense

Si vous attaquez directement le héros ennemi, il ne pourra pas se défendre, à moins qu’une carte de type Arme (Weapon) ne soit disposée sur la partie Support du plateau. Ces Armes possèdent souvent des capacités puissantes, mais elles sont chères à l’achat. De plus, elles ne peuvent rester en jeu qu’un certain nombre de tours avant d’être détruites. En bref, il va falloir user et abuser de stratégie afin d’emporter la victoire !

Une carte d’arme pour un héros rôdeur

Voilà pour le tour d’horizon des règles basiques du jeu. Ce n’est que les prémices et il faudra que vous maîtrisiez bien les règles avant de pouvoir tirer le meilleur parti de votre deck virtuel. Mais trêves de bavardages, je vais maintenant parler de l’intérêt du jeu en lui-même.

Intérêt :

Comme tout jeu de cartes qui se respecte, il faudra vous armer de patience et subir de cuisantes défaites avant de créer le deck de vos rêves. Si vous aimez gagner vite et facilement, passez votre chemin… Ou alors passez à la caisse ! En effet, Shadow Era est un F2P (Free To Play), c’est à dire que le jeu est gratuit et que vous avez immédiatement accès à tout son contenu. Cependant, si vous souhaitez obtenir d’emblée un maximum de cartes ou de nouveaux decks pré-construits, vous devrez acquérir des cristaux. Et ces cristaux s’échangent contre de l’argent réel : 220 cristaux valent actuellement 1.99€ et les prix montent jusqu’à 19.99€ pour 2700 cristaux. Pour avoir une idée du prix, un deck de 32 cartes vaut 100 cristaux. Sinon, pour ceux qui ne souhaitent pas dépenser leurs deniers pour des cartes virtuelles, il existe un autre moyen de gagner les cristaux : gagner des niveaux en combattant l’IA ou de vrais joueurs en mode multijoueurs. Vous obtiendrez 25 cristaux par niveau gagné. Sachant qu’il existe 200 cartes dans le jeu, il faudra batailler ferme ou investir pas mal d’argent réel pour obtenir le jeu qui vous convient le mieux.

Le magasin pour trouver de nouveaux decks
L’achat d’un paquet se fera en cristaux, qui s’échangent contre de l’XP ou des €uros

Vous pourrez acquérir les cartes à l’unité en gagnant de l’or, un petit pécule vous étant remis à chaque victoire. Cet or est totalement virtuel et ne s’achète pas comme les cristaux. Là encore, la patience est de mise, les sommes gagnées étant faibles… Le système du F2P est assez commun de nos jours, on aime ou pas…

Une carte à échanger contre de l’or durement gagné au combat

Passons maintenant à l’esthétique du jeu. De ce côté-là, rien à redire, les dessins présents sur les cartes sont magnifiques, c’est un vrai plaisir visuel ! J’ai joué sur une MID74C, avec une résolution de 800×600 et c’est très beau. Seul bémol : les inscriptions écrites en petite taille sur certains cartes sont illisibles… Mais ce n’est pas bien  grave, elles ne servent pas à grand-chose. Le jeu est fluide, les boutons bien placés et la caméra peut être modifiée à volonté durant vos tours. Chaque partie offre un décor différent, collant bien à l’ambiance assez sombre du jeu. Des animations en 3D apparaissent à chaque attaque, soit une épée qui vient transpercer la carte adverse, soit une main griffue qui fera une blessure sanglante, c’est assez sympathique! Seule la musique est décevante, non pas au niveau artistique, mais au niveau sonore : on a l’impression que l’enregistrement a eu lieu dans un vieux garage avec un micro datant des années 80… C’est dommage, le style épique colle bien au jeu, mais la qualité est telle que j’ai préféré couper le son au bout de quelques minutes…

Une épée apparaît quand vous blessez votre adversaire

En parlant des sons, ils sont d’ailleurs quasiment inexistants tout au long du jeu. Seul quelques “Pouf” ou “Schling” de temps en temps ponctueront les combats, mais c’est très anecdotique… Vous aurez donc droit à la musique qui se répète en boucle en permanence. C’est bien dommage, j’espère que des efforts seront faits de ce côté lors des prochaines mises à jour. D’ailleurs, l’APK du jeu peut se télécharger directement sur le site du développeur ou sur le Play Store. Une excellente initiative, très pratique quand on ne possède pas d’accès au marché de Google !

Le site officiel permet de télécharger le jeu pour de nombreuses plateformes, il manque juste des paquets pour Linux !

Je vais maintenant parler du multijoueurs, un élément essentiel des JCC. Se battre contre l’IA est sympa, elle se débrouille pas mal, mais c’est mieux de s’étriper entre joueurs réels ! Pour accéder au mode multi, vous devrez posséder au minimum 40 cartes dans votre jeu, obtenues grâce à l’or ou les cristaux. Une fois cette condition satisfaite, vous pourrez accéder à la section Challenge du menu. Une liste des joueurs présents s’affichera, ainsi que leur état : en attente, en jeu, etc… Vous pourrez donc rejoindre une partie en attente ou créer une partie vous-même. Premier point négatif : il n’y a aucune modification des règles possible actuellement. C’est dommage, les puristes des JCC risquent d’être frustrés. Vous pourrez choisir un mot de passe pour protéger l’accès à votre partie. Et c’est à peu prêt tout ! Vous l’aurez compris, le mode multijoueurs est relativement limité pour le moment, ce qui est dommage pour un jeu de ce genre… La présence de nombreux joueurs connectés en permanence permet néanmoins de s’amuser rapidement et vous n’aurez pas longtemps à attendre dans une salle avant de jouer.

La salle multijoueurs, bien remplie !

Une fois connecté, vous pourrez accéder à un tchat pour discuter avec votre adversaire. Un compteur apparaîtra, limitant votre temps d’action afin de ne pas bloquer la partie durant d’infernales minutes. Une bonne initiative, le multi offrant une expérience très variable. Certains joueurs sont parfois peu courtois, mais dans l’ensemble c’est très bien. Il y a de quoi voir pas mal de stratégies différentes et l’expérience de jeu est bien présente. On a fait le tour de Shadow Era, pour le reste c’est à vous de le découvrir ! Passons donc sans tarder à la conclusion.

Conclusion :

Shadow Era est un très bon TCG dans l’ensemble. Les puristes regretteront le nombre assez faible de cartes (200 pour le moment), mais ça permet de rendre le jeu accessible à la majorité des joueurs, même les novices. Il est à noter que le jeu existe aussi en version papier. Des tournois sont aussi organisés de temps en temps, preuve qu’il y a du potentiel ! Les règles simples et bien expliquées, ainsi que les magnifiques artworks favoriseront l’immersion, même si on peut déplorer un manque de consistance au niveau de la musique et du multijoueur. Ce dernier gagnerait à être amélioré, par des changements des règles ou plus d’options de jeu. Mais dans l’ensemble, l’expérience est fort intéressante et pour ma part, je suis devenu accro à Shadow Era !

Les points positifs :

  • Jolis graphismes
  • Règles simples, idéal pour apprendre en douceur les TCG
  • Musique qui colle bien à l’ambiance
  • Système de niveaux, comme dans les RPG traditionnels
  • L’IA se bat bien, sans être invulnérable, ni trop naze
  • Le multi enrichit l’expérience de jeu
  • APK téléchargeable sur le site du développeur

Les points négatifs :

  • Son de très mauvaise qualité et assez répétitif
  • Seulement 200 cartes, ça reste assez peu, même si c’est un bon début !
  • Multijoueur qui manque d’options
  • Le système F2P, on aime ou pas…
  • C’est long pour obtenir une nouvelle carte sans passer à la caisse…
  • Univers vu et revu : humains vs ténèbres
Disponible : iOS, Android, PC, MAC, Browser… Bref, c’est très complet !!

 

Shadow Era est un excellent TCG, qui mérite de se faire connaître. Pour ma part, j’attends avec impatience de nouvelles mises à jour et l’arrivée du jeu papier dans nos contrées. L’expérience sur tablette est très bonne, alors n’hésitez pas !

Site officiel (en anglais) : http://shadowera.com/

le 1 1473
- Marque(s) / Os :
Article précédentArticle suivant
1 commentaire
  1. 3 ans plus tard Shadow Era a sorti 3 extensions et la profondeur strategique en fait un jeu hallucinant. Merci pour cet excellente presentation, meriterait une petite mise a jour pour rendre justice au chemin parcouru par l’equipe de developpement de cette pepite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend