Tablettes tactiles : les élus du Val d’Oise passent au numérique

Par ,

Les tablettes tactiles se démocratisent chaque jour un peu plus, et pas seulement dans nos foyers. La preuve en est avec les élus d’Herblay, dans le Val d’Oise, qui utilisent depuis peu ces machines afin d’optimiser leurs tâches administratives.

Exit le papier, bonjour l'iPad !
Exit le papier, bonjour l'iPad !

Il y a quelques mois, nous vous parlions du “cartable numérique” des élus du Conseil Général du Val d’Oise. Depuis peu, cette démarche de dématérialisation se poursuit et c’est maintenant les 35 membres du Conseil Municipal d’Herblay qui sont équipés d’iPad et utilisent l’application KBox, une solution de dématérialisation créée par l’entreprise Qualigraf. Qu’apporte un tel équipement ? Réponse dans deux interviews d’utilisateurs :

  • Mr Rouleau, adjoint au Maire
  • Mr Guidi, Directeur Général des Services

 

L’objectif est donc triple :

  • diminuer les coûts en papier : plus de 200 000 feuilles par an ;
  • réduire les coûts pour la municipalité : le projet est amorti en 18 mois ;
  • augmenter l’efficacité des élus : l’iPad avec la 3G permet de travailler presque n’importe où ;

Depuis le mois de janvier, le projet suit son court et semble remporter un bon succès, même auprès des élus les moins technophiles. Chaque élu participe à hauteur de 15€ par mois prélevés sur leur indemnité, pour amortir le coût des machines et de l’abonnement 3G. Mais quel est vraiment l’apport des iPad en dehors des réductions de papier ? Le plus gros point est certainement la mobilité et la réactivité. Grâce à l’application KBox, les élus peuvent avoir accès en permanence à leurs compte-rendus de séance, envoyer instantanément des papiers certifiés officiels, etc… Chacun possède ainsi son espace personnel, accessible 24h/24. Les élus ont suivi des formations et actuellement, trois conseils municipaux dématérialisés ont eu lieu. Une bonne initiative pour l’environnement, et visiblement un gain d’efficacité !

Il semblerait donc que la technologie touche tous les secteurs, même les moins enclins à ce genre de choses. Et c’est tant mieux, même si le papier restera indispensable à l’administration française pendant encore longtemps !

le 5 1651
-
Article précédentArticle suivant
5 commentaires
  1.  Les deux sommes comparées ne sont pas exactes. Il s’agit d’opposer deux budgets : celui de la convocation “papier” des élus (qui comprend les “feuilles” mais aussi de l’encre, du temps en personnel, un coût d’expédition – puisque les rapports étaient envoyés au domicile des élus) à celui de la convocation “électronique” (les collectivités ne paient pas le prix public de l’iPad que vous utilisez, elles ont fait appel à Orange marché collectivités pour le matériel et l’abonnement 3G).  Il a été bien sûr entendu que l’adoption du dispositif électronique serait plus avantageux et à terme, au bout de 18 mois, plus économique. D’autres bénéfices sont par ailleurs constatés : rapidité dans l’information et la prise de décision, efficacité, mobilité.

  2. mouais…. a raison de 3 cents le cout d’impression laser et 0.7cents le prix d’une feuille…. les 200.000 feuilles annuelles represente 7400 euros…. et 35 ipad 21.000 euros …. a cela s’ajoute l’abo, (moins les 15 euros grassement payé par les elu) et ils affirment etre rentable en 18 mois…. je comprend pourquoi les finances vont si mal avec des calculs de rentabilité biaisé!

  3. Et surtout le papier provient en grande partie de bois d’éclaircies, qui contribue au développement de la forêt. Contrairement aux idées reçues, consommer du papier est essentiel pour la nature et la forêt en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend