Les jeux vidéos mobiles : de véritables machines à cash ?

Par ,

Qui aurait pu penser, il y a une dizaine d'années, que des jeux destinés à des appareils mobiles seraient capables d'engranger des milliers voire des millions de dollars en un laps de temps relativement court ?

De plus en plus populaires, les tablettes et smartphones ont entraîné dans leur sillage de nombreuses industries dont celle du développement mobile, toujours plus florissante. Gratuits lors du téléchargement, ces jeux sont toujours plus rentables grâce à une recette bien connue de tous les acteurs du marché : le modèle “free to play”.

Le Free to play, un modèle économique très rentable mais risqué

Comment une entreprise peut-elle engranger des millions de dollars en développant un jeu vidéo gratuit ? La réponse à cette question est toute simple, c'est en effet par le biais de bandeaux publicitaires et d'achats ” In App ” que les concepteurs de jeux vidéos assurent leurs revenus. Car les jeux mobiles ne sont pas basés sur le même modèle économique que celui des jeux consoles. Sur ces dernières, le jeu est payé à l'achat, mais est complet et sans restrictions (même s'il existe de plus en plus d'exceptions). Les entreprises qui conçoivent ces jeux gagnent donc de l'argent en vendant leurs jeux, ensuite elles ne reçoivent plus rien. Les jeux mobiles, eux, sont basés sur le système inverse. Gratuit lors du téléchargement, le jeu est souvent incomplet ou limité, ce qui vous pousse à payer (de quelques centimes à plusieurs euros) pour en débloquer certaines parties. Une stratégie basée sur l'impatience du client, et qui porte ses fruits puisque certains studios comme Supercell, qui édite le très célèbre Clash Of Clans, ou encore King, auteur de Candy Crush, gagnent de grosses sommes d'argent avec un seul jeu. Qui aurait pu penser qu'un éditeur de jeux gratuits pourrait s'offrir un spot publicitaire diffusé pendant le Super Bowl, alors qu'un tel spot coûte plusieurs millions de dollars ? Néanmoins, en jouant avec la frustration et l'attente des joueurs, les jeux Free To Play doivent trouver le juste équilibre afin d'éviter que ces derniers ne doivent trop souvent mettre la main au porte monnaie ou encore ne s'ennuient trop rapidement à cause d'un bridage trop important, ce qui aurait pour conséquence de les faire fuir.

clashofclans

Un succès rapide… et un déclin lui aussi très rapide

Propulsés très rapidement sur le devant de la scène, les éditeurs de jeux mobiles tombent aussi très rapidement dans l'oubli. Qui joue encore à Angry Birds, l'excellent jeu de Rovio qui est de moins en moins populaire ? Après avoir enchaîné les succès avec ses différentes déclinaisons d'Angry Birds ou encore Bag Piggies et Angry Birds ! Go, Rovio est de moins en moins connu et s'est même vu obligé de licencier plus d'une centaine de ses employés à cause de ses mauvais résultats financiers. Pire, qui joue encore à Flappy Birds ? Il y a encore quelques mois, ce jeu à la conception particulièrement simple faisait le buzz et voyait son nombre de téléchargements exploser littéralement, son éditeur engrangeant même plusieurs dizaines de milliers de dollars par jour uniquement grâce aux publicités affichées au sein du jeu. Son succès fut encore plus éphémère que celui des jeux Rovio puisque en quelques semaines le buzz retomba et le nombre de joueurs diminua fortement.

flappy-bird

A une époque où tout va toujours plus vite, le secteur des jeux vidéos est en plein bouleversement. Après une remise en cause du modèle économique traditionnel de ces derniers et l'adoption du Free To Play, les jeux vidéos sont de plus en plus populaires mais leur durée de vie est également de plus en plus courte, un nouveau jeu ayant vite fait de s'imposer sur la scène médiatique, éclipsant ainsi tous ses concurrents, avant de subir le même sort à son tour, seulement quelques mois plus tard.

Et vous, que pensez-vous des jeux vidéos mobiles et du modèle économique ” Free To Play ” ?

le 1 1247
- Marque(s) / Os :
Article précédentArticle suivant
1 commentaire
  1. On est depuis l’arrivée des tablettes/mobiles et plus particulière du Free to play dans un phénomène de consommation de masse et à la chaine. Avec de plus en plus de concurrents il faut que les éditeurs/développeurs se renouvellent sans cesse tout en évitant le modèle économique tant détesté : Pay to win.
    Merci pour cette article très juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend