Test du pico-projecteur Microvision Showwx

Par ,

Trop petit l’écran de votre téléphone ou de votre tablette ? Branchez-lui un picoprojecteur ! Avec ce modèle, vous pourrez même frimer en expliquant que c’est un projecteur … laser !

La Théorie

Les picoprojecteurs sont des appareils relativement récents. Pour créer des images de très grande tailles, les vidéoprojecteurs nécessitent une grande puissance lumineuse qui est souvent donnée par des lampes au Xenon consommant plusieurs centaines de watts et chauffant en proportion. Les recherches sur l’efficacité des LED a brusquement changé la donne. De nouvelles LED blanches très puissantes ont permis de remplacer les lampes en réduisant drastiquement la consommation. A la clef, des projecteurs de la taille d’un baladeur pouvant fonctionner sur batterie ! Une révolution donc, mais qui ne fait que commencer.

Bien que relativement puissantes, les LED utilisées actuellement sont tout de même très loin des intensités lumineuses des projecteurs de salon. Les dispositifs de construction de l’image (LCD, Tri-LCD, LCOS, DLP) miniaturisés doivent encore faire des progrès pour rattraper la sophistication de leurs cousins.

Expansys nous a généreusement prêté un picoprojecteur Showwx qu’on s'est fait un plaisir de tester. Celui-ci est assez original, puisqu’il s’agit d’un des premiers projecteurs grand public utilisant des lasers. Pas de LED dans ce modèle donc, ni de système DLP ou autre, la technologie utilisée est le PicoP.

Le picoprojecteur Showwx de Microvision

Le principe est assez simple : trois diodes lasers rouge, verte et bleue, dont on module les intensités sont utilisées pour créer un faisceau de lumière colorée. Ce faisceau est ensuite envoyé sur un système micromécanique (MEMS) qui le réfléchi sur l’écran. Ce dernier est balayé très rapidement par le faisceau afin de créer l’illusion d’une image stable, un peu comme sur un écran cathodique (sans entrelacement néanmoins). Une animation explicative est disponible ici.

Schéma de principe de la technologie PicoP

Le dispositif PicoP complet est tout intégré et minuscule, au point de pouvoir être incorporé à un téléphone mobile. Impressionnant.

Le principal avantage du laser, outre sa très faible consommation d’énergie, est sa capacité (théorique) à reproduire les couleurs. Alors que votre écran plasma reproduit péniblement la moitié des couleurs visibles par un être humain, un projecteur laser serait capable d’en reproduire 80% à 90% !

La Pratique

En pratique, les choses sont loin d’être aussi simples, la qualité globale du dispositif est cruciale, les faisceaux lasers des couleurs fondamentales ayant tendance à interférer les uns avec les autres.

Qu’en est-il du Showwx ? Voilà ce qu’il nous promet :

  • Projecteur Laser 15 lumens.
  • WVGA (848 x 480) en 16 :9
  • Contraste 5000 : 1.
  • Image de 15 cm à 2,5 m.
  • Mise au point automatique.
  • Batterie Li-Ion 2h d’autonomie.
  • Connexion directe sur iPhone, iPod, iPad.
  • Port mini-HDMI.

Plutôt alléchant pour 117g batterie comprise ! Mais méfions-nous un peu. Par exemple, clamer un contraste de 5000 :1 avec une intensité lumineuse de 15 lumens a-t-il un sens ? Une intensité suffisante pour donner une image regardable de 2,5 m de diagonale ? Vraiment ?

En outre, en fait de mise au point automatique, il s’agit plutôt d’une mise au point « inutile ». Le principe même du PicoP n’en a tout simplement pas besoin, c’est déjà un réglage en moins.

Physiquement, le Showwx est effectivement minuscule. Il a presque exactement la taille d’un iPhone 4 tout en étant bien plus léger. Il est entièrement en plastique et ne paraît pas particulièrement solide. La finition est correcte, sans plus. Outre la batterie remplaçable, on a :

  • un port USB pour le rechargement, un adaptateur secteur est fourni.
  • Un port propriétaire pour le raccordement à un produit Apple, le câble étant fourni et compatible avec tous les modèles d’iPhone, iPad et iPod.
  • Un port mini-HDMI. Un câble est livré, mais pas d’adaptateur vers du HDMI standard.
  • Une prise audio 3,5mm qui permet sans doute de récupérer le son du HDMI.

« Sans doute », car n’ayant pas d’adaptateur mini-HDMI, je n’ai pas pu tester cette fonction.

Voici une petite prise en main vidéo:

Pour “nourrir” le picoprojecteur, je me suis muni de mon iPad et j’ai envoyé des podcasts HD afin de saturer la résolution WVGA du Showwx.

On s’y attendait, avec du 15 lumens, la pénombre est requise pour projeter des images d’une taille allant de 60 cm à 80 cm.  Dans l’obscurité totale et sur une surface adaptée (ici un écran de projection « Lumene »), on peut monter jusqu’à 150 cm, mais au prix d’une image assez sombre.

Dans l'obscurité et avec des images pas trop grandes (ici 50 cm), le projecteur s'en sort pas mal.

L’utilisation de l’appareil est extrêmement simple: branchez votre iPhone et c’est parti. Les réglages sont par contre très sommaires, voire fantaisistes (un mode couleur « négatif » ??). On déplore, même si c’était prévisible, l’absence totale de rattrapage trapézoïdal (keystone). Si vous n’êtes pas exactement en face de l’écran, votre image sera déformée, c’est bien normal, mais il n’y a aucun moyen de rattraper ça. Du coup, mettre en place un environnement de visionnage convenable n’est pas forcément évident…

Avec une image sombre, difficile d’avoir des couleurs vives et un bon contraste. Pourtant, il m’a semblé que les couleurs rendues par le Showwx étaient un peu plus ternes que celles données par un picoprojecteur RGB comme l’Aiptek T30, pourtant cantonné lui aussi aux 15 lumens.

La courte vidéo ci-dessous est là pour vous donner une idée de ce que donne le projecteur dans un environnement sombre. Comme ma caméra n'aime pas l'obscurité, le résultat est assez hideux. Je projette un podcast (Geek Inc pour ne pas le nommer) de mon iPad sur un écran Lumene. L'image possède une diagonale d'environs 1m50. Le noir n'est pas total, histoire de voir un minimum l'installation. NB : Le scintillement de l'image projetée est dû à la désynchronisation entre la caméra et le projecteur. Pas de panique, dans la réalité, l'image est STABLE !

On se retrouve donc avec le dilemme classique du picoprojecteur : plus l’image est petite, meilleure elle est. Sauf que l'intérêt du projecteur est de projeter une image sur un écran plus grand qu'une tablette…

Un couple bien assorti ?

De plus, le balayage laser amène occasionnellement quelques effets d'optiques étranges et difficiles à décrire. Des effets de « scanlines », un peu comme sur une TV cathodique peuvent apparaître. Sur des surfaces pas parfaitement planes, on note aussi parfois une légère « dispersion » des couleurs, comme si le faisceau se reflétait en de minuscules tâches arc-en-ciel. C’est poétique… mais pas franchement bienvenu. Comme pour « l’effet arc-en-ciel » des projecteurs DLP, la perception de ces effets varie d’une personne à une autre. Essayer avant d’acheter est toujours une bonne idée.

Le dispositif electro-mécanique qui balaye l'écran à 60 Hz, impressionnant.

Néanmoins, l’image est très regardable, même un peu sombre, on finit par s’habituer. Pour partager quelques épisodes de séries stockés sur votre smartphone ou tablette, c’est très convenable, mais on est très loin d’un remplaçant à votre Home Cinéma.

À leur décharge, les picoprojecteurs sont encore jeunes et on ne doit pas attendre de miracles de leurs performances. Un projecteur de salon d’entrée de gamme envoie facilement plus de 2000 lumens en consommant des centaines de watts. De son côté, le Showwx peut fonctionner sur batterie.

Cependant, le modèle que j’ai eu entre les mains ne me semblait pas paré pour la version longue de la Communauté de l’Anneau (210min). Il faut plutôt compter sur 1 h 30 – 1 h 40 d’autonomie, un peu chiche, mais suffisant pour deux épisodes de Dr House.

Conclusion

Le projecteur Showwx a des atouts :

  • Très léger et compact.
  • Bonne compatibilité avec les appareils mobiles (Apple / HDMI).
  • Résolution WVGA.
  • Archi simple d’utilisation.
  • Les lasers, c’est toujours cool !

Mais souffre de défauts récurrents aux picoprojecteurs :

  • Faible luminosité.
  • Couleurs plutôt fades.
  • Autonomie trop légère.
  • Peu de réglages utiles.

Au total, si on salut l’innovation et la performance technique de la projection laser, il faut bien reconnaître que la technologie n’est pas encore assez mature pour faire une vraie différence par rapport à ses concurrents traditionnels, DLP et LED RGB en tête.

D’autant plus qu’elle est proposée à un prix relativement élevé (349€). Du côté de la concurrence, un vieil Aiptek T30 propose certes une résolution inférieure, mais aussi des couleurs plus naturelles pour un prix bien plus bas. Même un Samsung SP-H103 est meilleur marché, et il offre une luminosité supérieure, la connectivité VGA, lit des vidéos et diaporama directement sur carte mémoire. Ce sont des exemples parmi d'autres …

Le Showwx n’est pas une mauvaise machine, mais son prix nuit grandement à sa compétitivité.

 

le 0 1722
-
Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend