Test: Samsung Galaxy Tab – Première partie

Par ,

Voici la première partie de notre test de la Galaxy Tab. Celui-ci sera divisé en 10 sections, axées sur différentes utilisations du produit. Pour commencer, nous estimons qu’il est important de vous présenter rapidement le produit et de vous montrer s’il tient bien en main, pour vous présenter un aspect global de la tablette avant de rentrer dans le détail.

Partie 1: Design et Prise en main

1) Taille

Avec ses 19 × 12 × 1,19 cm et son bel écran de 7″, la Samsung Galaxy Tab propose un format très pratique, alliant écran suffisamment grand à une taille assez compacte, permettant de faire rentrer l’appareil dans une poche arrière ou un sac. L’appareil tient bien en main et permet de saisir du texte avec ses deux pouces en mode portrait. Elle est également très agréable à tenir en mode paysage, mais la saisie de texte se révèle très désagréable, ce qui est causé par l’emplacement des boutons sensitifs et la mauvaise ergonomie du clavier, et non le format de la tablette.

2) Poids

Pesant seulement 380 grammes, la Samsung Galaxy Tab est vraiment très légère, notamment comparée aux tablettes concurrentes. Elle peut donc être transportée sans problème, offrant une véritable avantage en terme de mobilité.

3) Agencement des boutons

Comme la plupart des appareils Android, la Samsung Galaxy Tab dispose de 4 touches en dessous de l’écran. Ces derniers sont sensitifs, point agréable sur un mobile qui devient très vite frustrant sur une tablette. En effet, ces derniers sont très souvent sollicités involontairement, notamment en mode paysage, ce qui cause par exemple la fermeture d’une application, l’ouverture d’un menu ou l’arrêt d’une lecture vidéo. Il aurait semblé plus judicieux de placer ces boutons différemment, ou mieux encore, de les afficher à l’écran (à la manière des tablettes Archos ou de Honeycomb). Il est également à noter que ces touches auraient pu être bien plus espacées pour accroître l’ergonomie.

Mis à part les touches de contrôle, on trouvera les boutons de volume ainsi que le bouton marche/arrêt sur la façade droite du téléphone. Vous noterez qu’il n’y a pas de déclencheur pour l’appareil photo, ce dernier étant remplacé par une touche virtuelle directement dans l’application Photo.

4) Apparence physique

La façade frontale de la Galaxy Tab n’est pas sans rappeler un (imposant) cadre photo numérique de luxe, si bien que l’on distingue à peine la caméra frontale et le capteur de luminosité, tous deux situés sur le haut de la tablette. Le design est travaillé sur l’ensemble du produit: les caches des ports SIM et MicroSD sont à pein visibles et se referment parfaitement et sans aucune protubérance. Il en est de même pour les autres boutons et connecteurs: ils sont très bien intégrés et se distinguent difficilement, mais rassurez-vous, vous réussirez à les trouver!

Pour ce qui est de la face arrière, le constructeur Coréen a joué la carte du contraste en arborant un dos blanc. Ce dernier fait cependant un peu plus “broullion”, non pas à cause de sa couleur, mais surtout à cause des labels et autres barres assez impostants à l’arrière. De plus, l’emplacement de l’appareil photo semble peu judicieux, sachant qu’il risque facilement d’être caché par un doigt en tenant la tablette. Il aurait été plus pratique de le placer au milieu.

5) Finition

La finition est vraiment très bonne et donne une impression de qualité et de robustesse. L’écran gorilla glass est très résistant et n’affiche aucune rayure. En effet, ce type de vitre est connu pour sa résistance aux chocs et pointes coupantes, ce qui est un bon atout pour un appareil mobile, bien qu’une vitre en verre ne soit pas si facile à rayer.

Par ailleurs, aucun craquement ni jeu sont à déplorer, ce qui montre clairement que l’appareil est très bien fini. De plus bien qu’il y ait quelques parties en plastique sur la tablette, il n’existe pas de sensation de mauvaise finition et le toucher reste très bon. Pour terminer, nous avons moins aprécié la façace arrière qui est bien moins soignée et se raye assez facilement, à l’instar d’un iPhone 3G …

6) Accessoires

La tablette est livée avec un bloc secteur, un câble USB et des écouteurs/kit mains libres pour passer des appels et profiter de son contenu multimédia. Il est vraiment dommage que la firme coréenne, autrefois réputée pour les excellents accessoires fournis, n’aie pas fait plus d’effort en incluant d’autres accessoires.

Partie 2: Interface et surcouche Android

Pour sa tablette, Samsung a choisi d’utiliser l’interface Touchwizz 3.0, qui est la même que celle utilisée sur le Galaxy S. Cette dernière constitue une surcouche s’ajoutant à Android et modifiant de nombreux éléments, comme le clavier, l’écran d’accueil, le navigateur, les applications multimédias et la plupart des menus.

1) Ecran d’acueil

L’interface de l’écran d’accueil est assez claire et simple à utiliser et permet une navigation facile entre les 9 pages. Samsung vous offre la possibilité de définir deux icônes sur le bas de la page, afin de  pouvoir y accéder depuis n’importe quel écran. Il est malheureusement impossible de mettre plus de 2 raccourcis, bien que la taille de la barre aurait pu le permettre. Il est bien entendu possible de placer, en plus des icônes, des widgets et même des dossiers.

2) Menus

Les menus de la Galaxy Tab sont assez bien présentés et son bien plus simples à manier que ceux de l’interface Android classique. En effet, les applications sont présentées sur des pages et non une grande liste déroulante, ce qui facilite grandement la navigation. Par ailleurs, ces pages sont numérotées, ce qui permet de s’y retrouver très facilement. Enfin, un des plus importants avantages de l’interface Touchwizz par rapport aux autres est la possibilité de réorganiser les icônes comme on le souhaite, à l’instar d’une certaine tablette avec une pomme sur le dos…

Tout n’est pour autant pas parfait pour Samsung, qui, contraitement à HTC, ne propose par exemple aucune réorganisation automatique des applications (date, fréquence d’utilisation, ordre alphabétique) et ne permet pas non plus d’affichage en liste, ce qui impose donc un type d’affichage à l’utilisateur.

3) Maniabilité

Bien que l’interface soit assez agréable a utiliser, Samsung semble avoir oublié un point majeur en développant la Galaxy Tab: qu’une tablette n’est pas censée être une version 7″ d’un smartphone (le Galaxy S). Et pour cause, l’interface est quasi-identique à celle du smartphone, ce qui pose de sérieux problèmes lors de la navigation web. En effet, le navigateur n’est pas pratique à utiliser et les icônes sembles avoir été mal placée sur la barre. Un écran de cette taille mériterait une interface bien plus adaptée pour le navigateur web.

En revanche, pour ce qui est des autres applications, l’interface reste correcte, sans pour autant émerveiller.

Le reste du test arrivera très prochainement et portera sur l’utilisation quotidienne du produit, à savoir une utilisation multimédia, la navigation web et même une utilisation professionelle! A très vite pour la suite!

le 2 1288
-
Article précédentArticle suivant
2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend