Surface Book : notre test complet et avis

Par ,

Décrit comme “l’ordinateur ultime” par ses créateurs, le Surface Book vient se placer une gamme au-dessus de la Surface Pro 4. Il est temps de voir en test si il est vraiment à la hauteur de ses ambitions.

Surface Book de face

 

Caractéristiques techniques & Prix

Qui dit ordinateur ultime dit spécifications au top. Pour ce test je me suis vu remettre le modèle le plus puissant de la gamme Surface Book. En voici la fiche technique :

  • Écran 13.5″ PixelSense 3000 x 2000 px
  • Processeur Intel Core i7 6600U à 2.6 GHz
  • Processeur graphique Nvidia GeForce 940M 1 Go DDR5 (intégré dans le clavier)
  • 16 Go RAM
  • 512 Go SSD
  • Ports USB 3.0 x2, lecteur carte SD, Surface Connect, jack 3.5 mm, mini DisplayPort
  • Wifi 802.11 a/b/g/n/ac, bluetooth 4.0
  • APN 5 MP et 8 MP
  • Windows 10 Pro

C’est donc la crème de la crème que nous livre Microsoft, une machine encore plus puissante que la Surface Pro 4. En même temps, pour un prix de 2919€, on s’attend au moins à ça. Les trois autres versions disponibles disposent de processeurs Core i5 ou i7, 8 Go de RAM et des SSD de 128 à 256 Go. Le modèle de base au prix de 1649€ n’intègre pas de chipset graphique GeForce dans le clavier, il doit se contenter de l’IGP Intel HD520. Au niveau de l’OS, c’est bien sûr Windows 10 qui est fourni, ici dans sa version Pro. Notez que contrairement à la Surface Pro 4, le clavier est directement fourni dans la boite, pas besoin de passer à nouveau à la caisse. Il est maintenant temps de voir en direct que ce le fleuron de Redmond a dans le ventre.

Design

Microsoft ayant installé une certaine ligne directrice avec ses précédentes Surface, le Book en reprend tout naturellement les grandes lignes : châssis en magnésium, logo de la marque à l’arrière de la tablette. La béquille présente sur la Surface Pro 4 disparait, le clavier faisant contrepoids. Afin de faciliter le refroidissement, des évents sont disposés sur tout le pourtour de la coque. L’APN arrière se fait discret et ne possède pas de flash.

Surface Book
Le Surface Book a un aspect soigné et robuste.

 

Surface Book
La coque est intégralement en magnésium.

 

Surface Book
L’APN arrière de 8 MP se dispense d’un flash.

 

Surface Book
Des évents d’aération ceinturent tout le tour de la tablette.

Sur la façade avant, la sobriété est maitresse, avec des bords d’écran noirs relativement épais. L’APN avant est escorté en haut de ses capteurs, lui permettant d’utiliser Windows Hello, la fonction de déverrouillage par reconnaissance faciale. On trouve aussi deux haut-parleurs très discrets sur les bords de la dalle. Pour une fois, il n’y a pas de bouton tactile, tout se passe sur l’écran directement.

Surface Book
L’APN avant permet de faire de la reconnaissance faciale avec Windows Hello.

 

Surface Book
Les haut-parleurs diffusent un son correct mais pas exceptionnel.

Sur la tranche haute, on a les boutons de volume et d’alimentation, identiques à ceux de la Surface Pro 4. Ils sont bien conçus et semblent solides.

Surface Book
Les boutons physiques se font discrets.

La seule connectique de la partie tablette est la prise casque de 3.5 mm sur la tranche droite.

Surface Book
La tablette ne bénéficie que d’une prise casque.

Pour le reste, il faut se diriger du coté du clavier amovible. Lui aussi en magnésium argenté, il présente deux ports USB 3.0 plein format et un port SD standard sur son coté gauche.

Surface Book
Le clavier embarque deux ports USB 3.0 et un port SD.

A droite, on a le port Surface Connect pour la charge ou le branchement d’accessoires Surface ainsi qu’un port mini DisplayPort pour étendre l’affichage à un autre écran externe.

Surface Book
Le coté gauche embarque le Surface Connect et un mini DisplayPort.

Le clavier en lui-même est très agréable à utiliser, avec des touches espacées. Il est rétro-éclairé (3 niveaux) pour une utilisation en basse luminosité. Le pavé tactile est très large, mais ne vient pas gêner la frappe. Seules les flèches de directions me semblent trop petites, tout comme sur la Surface Pro 4. Il y a des évents très bien cachés qui permettent de dissiper la chaleur du GPU.

Surface Book
Le clavier amovible est de bonne facture.

La charnière du Surface Book pourra être sujette à controverse. Pour ma part, j’aime son côté robuste. Je suis cependant un peu moins fan de l’espace laissé entre l’écran et le clavier une fois le tout replié. Certes, ça donne l’aspect d’un livre (d’où le nom de l’hybride), mais je ne suis pas sûr qu’au niveau de la protection on soit au top. Je trouve aussi l’attache magnétique un peu trop légère, le Book risque de s’ouvrir si il est un peu trop balloté lors du transport.

Surface Book
La charnière est massive, renforçant l’aspect robuste du Surface Book.

En revanche, le clavier est très bien accroché à l’écran, on peut donc prendre la partie tablette à pleines mains sans risquer de perdre le clavier en route. D’ailleurs, il faut utiliser un bouton spécial pour le détachement, soit sur le clavier, soit depuis la barre de tâches de l’OS. Il est ensuite possible de retourner l’écran afin d’en avoir un usage de style tablette tout en bénéficiant de la batterie et du GPU du clavier.

Surface Book
Le détachement peut se faire depuis le clavier ou l’OS.

 

Surface Book
La tablette peut se retourner afin de conserver la puissance du GPU intégré dans le clavier.

Avec plus de 1.5 kg, l’ensemble est plutôt lourd, même si la partie tablette reste assez légère compte tenu de sa grande taille (environ 730 grammes). Malgré un clavier plus lourd, il se produit un certain déséquilibre qui se ressent quand on porte l’engin sur les genoux. Le Surface Book part en arrière, il faudra donc faire attention aux risques de chutes dans un environnement instable. En dehors de ça, le design est réussi, tout en sobriété. Le Surface Book semble robuste.

Écran

Déjà une grosse réussite sur la Surface Pro 4, l’écran est ici aussi de toute beauté. Brillant, bien contrasté et très agréable à utiliser. Les angles de vision sont presque parfaits. Il faut un petit temps pour s’habituer à son format 3:2 assez inhabituel. Ce format est cependant très agréable pour les tâches de productivité, mais moins adapté au visionnage de films.

Surface Book
L’écran est magnifique.

 

Surface Book
Même dans les angles l’écran reste impeccable.

Microsoft a placé la barre très haut, la concurrence proposant rarement une telle qualité d’écran. Mais là encore, étant donné le prix du Surface Book, ça semble plutôt normal.

 

Interface et applications

Sans surprise, Microsoft utilise son OS Windows 10 Pro pour animer son Surface Book. Il n’y a pas d’applications pré-installées bien lourdes comme c’est souvent le cas chez les concurrents, un détail que j’apprécie fortement. On retrouve juste les applications DrawBoard PDF, Surface et Fresh Paint qui permettent de paramétrer et utiliser le stylet Surface inclus dans la boite. Vous pourrez trouver plus d’informations sur ces trois applications dans notre précédent test de la Surface Pro 4. Notez que le pack Office n’est pas inclus, c’est dommage étant donné le prix de l’hybride.

Notre test de la Surface Pro 4

Surface Book
C’est naturellement Windows 10 qui anime le Surface Book.

Le seul ajout spécifique au Surface Book est la fonction de détachement du clavier incluse dans la barre des tâches. Un clic sur l’icône va déverrouiller l’attache magnétique et basculer l’affichage sur l’IGP au lieu du GPU placé dans le clavier. Il est possible de paramétrer un changement automatique vers le mode tablette, simple et pratique.

Surface Book
Le détachement peut se faire directement depuis l’OS.

J’ai par contre rencontré quelques petits écueils lors des manipulations avec le clavier détachable. Il est ainsi arrivé par moment que les haut-parleurs se mettent à grésiller fortement lors du rattachement du clavier. J’ai aussi eu des barres noires qui apparaissaient sur le texte.

Surface Book
Le bug graphique après rattachement du clavier est pour le moins gênant… Il semble cependant avoir été résolu.

Il arrive aussi qu’un bug se produise avec l’icône du détachement : elle indique parfois que le clavier est détaché alors que ce n’est pas le cas. Il semble que tout ne soit pas au point du côté de Windows 10, mais les mises à jour régulières arrangeront tout ça dans les semaines à venir. Ce ne sont que des bugs sporadiques, mais là encore sur des engins à plus de 1600€, ça fait vite tâche…

Voilà pour le tour du logiciel, si vous possédez un PC ou une tablette sous Windows 10, vous ne serez pas dépaysé par le fonctionnement du Surface Book.

 

Appareil photo

Comme toute tablette, hybride ou pas, on trouve deux APN de 5 MP et 8 MP. Leur qualité est correcte, mais j’aurai imaginé quelque chose de mieux pour une machine d’un tel coût. Il est ainsi possible de capturer des vidéos en 1080p à 30 fps. Mais le principal atout de l’APN avant est de pouvoir utiliser la fonction Windows Hello qui permet de déverrouiller le Surface Book grâce à la reconnaissance faciale. Ça peut sembler gadget, mais une fois activé, on peut difficilement s’en passer tellement c’est bien fait. Même à basse luminosité, le visage est très bien reconnu, c’est assez bluffant.

Surface Book
La qualité des clichés est plutôt moyenne.

 

Surface Book
En basse luminosité, les clichés sont mauvais…

Le constat sera le même que pour la Surface Pro 4 : les amateurs de photographie resteront sur leur faim.

Accessoires

Tout comme les Surface Pro, le Surface Book est commercialisé avec un Stylet Surface. C’est exactement le même que lors de mon précédent test, je vous invite donc là aussi à le (re)lire. Ce stylet est très bien, même si les professionnels du dessin numérique opteront probablement pour des modèles plus précis et réactifs, adaptés à leur profession. Pour le grand public, il remplira parfaitement son office, permettant de prendre des notes manuscrites, de faire un peu de retouche ou du dessin via les applications pré-installées.

Surface Book
Le stylet Surface est inclus avec le Surface Book.

Tout comme la Surface Pro 4, il se fixe magnétiquement sur le côté gauche de la tablette. Le maintien est ferme, il ne risque pas de tomber même en plein transport.

Surface Book
L’attache magnétique est puissante, le stylet ne risque pas de se détacher.

Performances

Aucun doute, Microsoft a mis les petits plats dans les grands pour son “ordinateur ultime”. Mon modèle de test est doté d’un très puissant processeur Intel Core i7 6600U de la génération Skylake accompagné de 16 Go de RAM. Les autres versions embarquent quant à elles de Core i5/i7 et 8 Go de RAM, ce qui est déjà bien assez costaud pour de nombreuses tâches gourmandes. On le sent immédiatement lors du premier lancement, le démarrage prend à peine 10 secondes, l’interface se montre très réactive et sans aucun ralentissement. Le GPU intégré dans le clavier pourra apporter un gain de puissance considérable pour les utilisateurs de logiciels graphiques gourmands. En dehors de besoins très particuliers, le Surface Book devrait se montrer à la hauteur de vos attentes. Les benchmarks sont d’ailleurs révélateurs de cette tendance, avec un score sous PCMark 11 de 2438 points (contre 2368 points pour la Surface Pro 4).

Surface Book
Score PCMark 8 : 2438 points

En revanche, si vous cherchez une machine de jeu, je ne peux que vous conseiller de vous orienter vers un PC vraiment prévu à cet effet, à moins de ne pas être un joueur exigeant…

J’ai testé Borderlands Pre-Sequel, Tomb Raider (2014) et Saints Row 4 depuis mon compte Steam, les résultats sont mitigés malgré l’utilisation du GPU GeForce 940M. Borderlands a été à la peine tous les détails à fond en 1080p, c’est encore pire pour Tomb Raider qui rame au niveau de détails moyen. Seul Saints Row 4 s’en est mieux sorti, il tourne plutôt bien avec les détails à fond en 1080p, même si il est nécessaire de baisser l’ensemble pour dépasser 30 fps. En même temps, on parle ici d’un jeu qui date de 2013. Pour jouer à tous ces jeux avec un bon framerate, toutes les options devront être mises au minimum. Notez aussi que les ventilateurs émettent vite un bruit très fort une fois poussés à fond. Mais le plus rageant dans cette expérience a été les nombreux plantages du pilote graphique, faisant rebooter sans avertissement le Surface Book. Un problème apparemment rencontré par de nombreux utilisateurs sur le Net et toujours pas réglé par Microsoft.

Surface Book
Le jeu n’est pas la vocation du Surface Book.

En utilisation plus classique, je n’ai pas rencontré de problème particulier. Le Surface Book m’a même servi de plateforme pour écrire cet article, il s’est révélé vraiment agréable dans cette tâche. La frappe au clavier est fluide grâce à des touches bien espacées, le pavé tactile répond bien aux sollicitations. En usage multimédia, il s’en tire aussi haut la main grâce à son très bel écran, malgré son format un peu trop carré. Les haut-parleurs produisent un bon son, mais j’aurai aimé un peu plus de punch à ce niveau. La MediaPad de Huawei s’en tirait bien mieux pour un prix bien plus faible. Je chipote certainement, mais je pense que pour une machine à presque 3000€, le moindre détail se doit d’être presque parfait.

Surface Book
Les vidéos Full HD ne poseront aucun problème au processeur.

Pour la partie connectique, je n’ai rien à en redire, tout fonctionne parfaitement bien, que ce soit le wifi, l’USB ou le bluetooth. J’aurai cependant aimé voir un port HDMI et peut-être plus d’USB sur la partie tablette, qui pour le coup doit se contenter d’une simple prise casque. La tablette est malheureusement bien dépouillée, une impression qui se confirmera au test d’autonomie.

Autonomie

Avec deux batteries (dont la capacité n’a pas été révélée par Microsoft) on attend du Surface Book une autonomie du tonnerre. Il s’avère au final que c’est assez décevant, tout c’était le cas sur la Surface Pro 4. L’écriture d’une partie de cet article en un gros après-midi, soit environ 5h de travail sur WordPress, avec l’écran sur les paramètres recommandés (50% de luminosité) aura drainé presque 65% de la batterie. On peut donc imaginer qu’un graphiste utilisant un logiciel de modélisation 3D gourmand en ressources tiendra difficilement une journée de travail complète…

Surface Book

En utilisation vidéo, on approche des douze heures d’autonomie données par Microsoft, sachant que notre test consiste à faire tourner en boucle une vidéo Full HD avec l’écran à 50% de luminosité et le wifi activé. Pour être exact, le Surface Book aura tenu 12h46, un score très bon qui plaira aux amateurs de films et séries. Si on utilise uniquement la tablette, l’autonomie est vraiment trop légère, la machine s’éteignant au bout de 4h environ en usage léger (navigation Web, vidéo). Encore une fois, le Surface Book ne donne toute sa mesure qu’en mode ultrabook, la partie tablette semblant avoir été mise en arrière-plan. Il est après possible de jouer avec les modes de mise en veille de Windows 10 pour économiser un peu d’autonomie, les options sont assez nombreuses pour obtenir des réglages fins. Comptez environ trois heures pour charger complètement les deux batteries.

Conclusion Microsoft Surface Book

Noté par Johan Gautreau : 4.0 étoiles
****

Alors, le Surface Book est-il vraiment l’ordinateur ultime ? Il semble bien que non, même si on est clairement sur du très haut de gamme. Les finitions sont impeccables, il y a de la puissance sous le capot (sauf pour les jeux, mais ce n’est pas le but de cette machine) et l’écran PixelSense est de toute beauté. On pourra cependant regretter une autonomie en demi-teinte, une connectique trop légère ou encore le design qui peut tendre à controverse. La présence de bugs graphiques est aussi très irritante, même si les mises à jour viennent combler les manques au fur et à mesure. Pour un premier essai dans le domaine des ultrabooks, Microsoft s’en sort plutôt bien. Peut-être bien que le Surface Book 2 sera vraiment l’ordinateur ultime.

Les + :

  • Conception robuste
  • Machine très puissante (sauf pour les jeux)
  • Magnifique écran
  • Clavier agréable à utiliser
  • Le design original (si on aime)

Les – :

  • Prix
  • Des bugs irritants
  • Poids relativement élevé
  • Autonomie décevante, surtout pour la partie tablette
  • Connectique un peu légère
le 0 3124
- Marque(s) / Os : ,
Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *