Échec pour Microsoft, Windows RT et sa Surface RT ne se vendent pas

Par ,

Un nouveau coup dur vient de ternir la perspective de Microsoft sur le marché des tablettes : Samsung retire son Ativ Tab de quelques marchés européens à cause de mauvais résultats de ventes.

C'est devenu une évidence, Microsoft est face à un échec avec sa stratégie de Windows pour tablette, Windows RT.

En décembre, plusieurs analystes dévoilaient des chiffres de ventes de la Surface RT très décevants, avec seulement 900 000 unités vendues (pour les plus optimistes, et autour de 600 000 unités pour les analystes réalistes ((prévision de IDC, réflexion de CNET sur les prévisions de IDC, réflexion de infoworld.com)) ) dans le monde sur le dernier trimestre 2012. Hier, c'est Samsung qui a annoncé la fin de la commercialisation de son Ativ Tab, sa tablette fonctionnant sous Windows RT, dans différents pays européen pour cause de manque d'intérêt de la part des consommateurs – comprenez des chiffres de ventes extrêmement décevant aussi.

[quote align=”right” color=”#FF802B”]Ce qui devait signifier le renouveau de Microsoft tourne petit à petit au désastre commercial.[/quote] Ce qui devait signifier le renouveau de Microsoft tourne petit à petit au désastre commercial : sa propre tablette et son système d'exploitation spécifique n'intéressent pas les consommateurs, Microsoft semble donc dans l'incapacité de rattraper Google (avec des constructeurs comme Samsung, Asus, Sony…) ou Apple sur le marché des tablettes.

Mais ce n'est pas vraiment une surprise pour quiconque s'intéresse de près à ce marché, pour transformer sa vision de la tablette en succès, Microsoft aurait du s'affranchir de trois problèmes :

  • La Surface RT, l'Ativ Tab de Samsung, la Vivo Tab RT d'Asus sont vues comme des hybrides principalement. Dans chaque publicité, on voit ces tablettes avec des claviers. Et finalement, le consommateur doit cataloguer ces produits non pas comme des tablettes, mais plutôt comme des ordinateurs portables à écrans tactiles détachables.

microsoft-surface-rt-samsung-ativ-tab-asus-vivo-tab-rt

[quote align=”right” color=”#FF802B”]Il y a un problème de perception du produit par les consommateurs[/quote]

Très peu de personnes achètent une tablette en se disant “je vais travailler dessus et ça sera mon utilisation principale!”, au contraire, ils veulent une tablette pour remplir d'autres besoins comme la navigation internet, le jeu, ou d'autres loisirs tranquillement écraser dans leur canapé.

Il y a donc un problème de perception du produit par les consommateurs, lui-même induit par un problème de présentation de ces mêmes produits par les marques dans leurs stratégies de promotion.

  • Le prix est aussi un élément clé du marché des tablettes ! Comment Microsoft et ses partenaires n'ont-ils pas pu voir cela ? Même si ce sont des produits de qualités, ciblé le prix de l'iPad (environ 500€) comme premier prix n'était pas un choix judicieux. La reine des tablettes est arrivée 3 ans avant la Surface RT (pour ne prendre qu'elle) et permet à Apple de totaliser plus de 70% de part de marché.

Si vous présentez un iPad à un consommateur, et que vous le mettez à côté d'une Surface RT au même prix (et cela sans le clavier à 120€), le consommateur penchera pour l'iPad grâce à sa renommée et à sa connaissance du produit.

De plus, pourquoi achèteriez-vous une Surface RT et son clavier pour un total de 609€ quand vous pouvez avoir un ultrabook à écran tactile pour quelques centaines d'euros de plus (850€ pour l'Envy X2 de HP par exemple). C'est là où le problème de perception des tablettes sous Windows RT est peut-être le pire.

Pourquoi ne pas acheter une petite tablette telle qu'un iPad Mini ou une Nexus 7 et un ordinateur portable ? Bref, tout autant de questions auxquelles Microsoft et son système d'exploitation Windows RT ne peuvent pas répondre.

  • Enfin, Microsoft accusait un très grand retard sur le marché des tablettes. Apple avec son iPad et Google et ses constructeurs “partenaires” avec Android, ont eu le temps de s'installer dans l'esprit des consommateurs. 3 ans après l'iPad et 2 ans après la Motorola Xoom, ils semblent plus durs pour Microsoft de se faire une place dans les foyers des consommateurs. N'était-ce pas prévisible ?

Evidemment, tout n'est pas perdu pour la firme de Redmond. Si cela ne fonctionne pas avec Windows RT, avec l'aide d' Intel et des autres constructeurs de PC, Microsoft pourra toujours écouler des ultrabooks tactiles équipés de Windows 8. D'autre part, une rumeur annonçant une Surface RT Mini pourrait être vraie, et cette petite tablette pourrait être un atout dans la gamme du constructeur américain, face aux iPad Mini, Nexus 7, Amazon Kindle Fire HD et autres petites tablettes.

le 5 1606
- Marque(s) / Os :
Article précédentArticle suivant
5 commentaires
  1. Pour moi la plus énorme erreur de MS est de ne pas s’être assuré avant commercialisation de la Surface RT de la volonté de développement des applis sur RT. Ca devenait alors un chèque en blanc fait à MS quand on achetait une tablette sous RT.
    Mais MS n’a jamais vraiment cru à RT. Ils en sont toujours à leurs tablettes PC lourdes, bruyantes, chauffantes et cher.
    Dommage pour ceux qui s’y sont faits prendre !

  2. On parle du retrait la Samsung ATIV Tab et on montre en photo la Samsung ATIV Smart PC???… La ATIV Smart Pc tourne sous Win8 pas RT et la Ativ Tab n’a pas de clavier. La Smart PC est vendue à une clientèle axée business. Je trouve dommage de comparer ces outils avec les tablettes grand public comme Apple et Androïd. J’ai travaillé deux ans avec un Ipad1 qui a bien servi mais je devais toujours me balader avec un portable pour certaines tâches … La Samsung ATIV Smart Pc permet de n’utiliser qu’un seul appareil ultra portable et hybride pc/tablette. Je pense qu’il serait bon de dissocier les deux types de clientèle.

  3. Très bon article : avant de s’aligner le prix des produits apple il faut déjà avoir fait ses preuves. Google n’a pas fait la même erreur au contraire : le prix de la nexus 7 est bien inférieur à celui de l’ipad mini, cela permet à la nexus 7 de se vendre et de se faire connaitre et reconnaitre pour sa qualité et ses fonctionnalités innovantes.

    1. Effectivement, il y a une sorte d’arrogance chez Microsoft qui a pensé qu’en mettant son nom sur une tablette et en la vendant au même prix que la concurrente qui marche très bien (l’iPad), sa tablette se vendrait comme des petits pains.

      Microsoft n’a t’il rien appris de l’échec du Zune ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend