Pourquoi les tablettes ne disparaîtront pas dans 5 ans

Par ,

L’ex-CEO de Blackberry vient de jeter un pavé dans la mare. Selon lui, d’ici cinq années tout au plus, nous ne retrouverons plus aucune tablette dans les étalages de nos revendeurs, tout simplement car plus personne n’en achètera. Si le marché subit bien une période de stabilisation, il ne sert à rien de s’emballer aussi rapidement.

En effet, le marché du PC s’est stabilisé il y a de cela de très nombreuses années, pire il a même été en décroissance durant une bonne partie de cette période. Et pourtant les acheteurs d’ordinateurs sont encore nombreux et la fin des ordinateurs semble encore très lointaine. Pire, de nombreux analystes prévoyaient une fin très sombre aux PC, or ces derniers retrouvent progressivement le chemin de la croissance ! Va-t-on avoir droit au même scénario avec les tablettes ? Dès que la croissance du marché est freinée, de nombreux articles en tous genres fleurissent pour nous annoncer la fin des tablettes.

Les phablettes : Un potentiel à anéantir les tablettes surestimé ?

Tout d’abord, on nous annonce que les phablettes, en pleine croissance, devraient rapidement anéantir les modèles 7″ & 8″ car ces dernières s’en rapprochent de plus en plus. Or, c’est ignorer une partie des éléments qui entrent en jeu. En effet, comme nous l’avons vu dans une analyse précédente, si les jeunes préfèrent les smartphones, les personnes âgées de plus de 55 ans plébiscitent les tablettes, délaissant souvent les smartphones. Les phablettes pourraient donc bien grappiller quelques ventes aux tablettes, mais pas sur toutes les tranches d’âges, sans oublier également que ces dernières ne pourront pas augmenter continuellement leurs dimensions. En effet, qui ne trouve pas trop gros de téléphoner avec un appareil de 6″ ou 7″ collé à l’oreille ou encore de rédiger des SMS sur une dalle XXL ?  Au final, si les ventes de tablettes 7″ peuvent être impactées par les phablettes, les modèles de 8″, 9″ ou plus ne devraient quasiment pas être touchés par ces appareils hybrides.

galaxynote-32

Une orientation du marché vers des dalles plus grandes : un nouveau levier de croissance

13.3″, 12.2″, 10.5″, de telles dalles étaient encore impossibles à trouver dans le secteur des tablettes il y a de cela quelques années. Longtemps cantonnées à 10.1″, les tablettes adoptent des dalles aux dimensions toujours plus grandes sans forcément que leur poids et leur encombrement n’en soient trop impactés. Pour un usage à domicile ou un usage nomade limité, de telles tablettes peuvent aisément être transportées pour être ensuite utilisées ailleurs, posées sur une table ou sur un canapé. De nouvelles dalles intermédiaires pourraient même voir le jour, entre 10.5″ et 12.2″ il serait possible d’intégrer du 11″ par exemple afin de gagner quelques centimètres sans que cette augmentation n’ait un impact trop important sur la mobilité de l’appareil face à une ardoise de 10.1″.

dalle

Stabilisation des ventes ne veut pas forcément dire déclin

En effet, si les ventes de tablettes se stabilisent, cela ne signifie pas obligatoirement que ces dernières entament une phase de déclin. Car, avec des appareils d’entrée de gamme toujours plus puissants pouvant satisfaire les besoins d’une grande majorité d’utilisateurs et des modèles haut de gamme qui ne sont plus autant rapidement obsolètes qu’avant, on peut raisonnablement parler de maturité. Tous les appareils étant suffisamment performants, la course aux caractéristiques est devenue inutile pour la majorité des consommateurs et c’est sur les services ajoutés ou les fonctionnalités supplémentaires que vont se démarquer les constructeurs. Néanmoins, les utilisateurs sont moins poussés à réinvestir qu’avant, leur appareil restant totalement fluide et fonctionnel même une ou deux années après l’achat, ce qui explique en partie pourquoi les ventes n’augmentent plus autant qu’avant.


diminution-schéma

Les hybrides font bien partie du marché des tablettes

Si leur statut peut porter à confusion tant ils peuvent appartenir soit au secteur des tablettes soit à celui des PC, ils sont bien plus proches des tablettes que des ordinateurs. En effet, si on leur ôte leur clavier, les hybrides deviennent des tablettes à part entière, que ce soit au niveau des composants intégrés, de l’OS qui les fait tourner, souvent Android même si Windows prends de l’ampleur, et même la présence d’un écran tactile. Séparer les hybrides du marché des tablettes serait une erreur car ces derniers ont fait leur apparition en tant que tablettes avec claviers détachables et non pas en tant qu’ordinateurs avec écrans tactiles. On peut donc les considérer comme des tablettes à part entière.

asus_transformer_book_t300_chi

Au final, il semble difficile de prédire une fin aussi radicale au marché des tablettes, ne serait-ce que par les quelques arguments listés précédemment. Oui les ventes se stabilisent, mais non cela ne signifie pas que le secteur entame une décroissance progressive menant vers une disparition des ardoises numériques dans 5 ans. En effet, certaines tranches d’âges privilégient amplement la tablette face aux smartphones (catégorie incluant les phablettes) et les professionnels se tournent de plus en plus vers les tablettes pour remplacer leurs ordinateurs portables. N’oublions pas également que, comme tout marché entrant en phase de renouvellement, les consommateurs achèteront moins souvent des tablettes mais est-ce que cela signifie qu’ils n’en achèteront plus ?

le 6 1269
-
Article précédentArticle suivant
6 commentaires
  1. Je prends mes cours avec une tablette et c’est tellement léger et plus pratique qu’un PC portable, que ce n’est pas près de disparaître. Je ne connais pas le PDG de BlackBerry mais en effet il n’a pas du chercher très loin avant de parler. La fin des ordinateurs ne me semble pas lointaine, elle me semble pour l’instant pas déterminée. Comment se passer d’un ordinateur, il va falloir m’expliquer. Eh oui, je suis un jeune et pourtant je ne sais pas comment je ferais sans un vrai clavier physique avec pavé numérique, sans Word, Excel, PowerPoint et Outlook. Bon, ça dépend de chacun mais pour moi ça se complète, il y a des choses bien plus agréables à faire avec une tablette qu’un PC et vice-versa.

  2. le CEO de BB ne croyait pas aux smartphones tactiles à la sortie de l’Iphone et a mené son groupe à la catastrophe. Tout comme Nokia. Il était resté ancré sur son clavier physique. Alors je trouve dommage que vous relayiez les visions aussi ridicules d’un individu borné qui, au lieu de la fermer, car responsables de la pertes de milliers d’emplois, continue à aboyer ses conneries à la Terre entière. Il a annoncé la fin des smartphones il y a 2 ans!

  3. Après, ce qui est vrai, c’est que les tablettes évolueront, peut-être dans des formes complémentaires à celles d’aujourd’hui.
    Par contre, ce qui est certain, c’est qu’elles ont ouvert des usages qui ne se refermeront pas :
    – possibilité d’avoir un (grand) écran sous la main
    – usage du tactile
    – production de contenu en mobilité (mais de qualité tout de même)
    – gaming différent
    + tous les bénéfices du form factor (légèreté).

  4. Je pense que BlackBerry à simplement raté le “virage” des tablettes et tente tant bien que mal de se convaincre du contraire

  5. Il y a cinq ans les tablettes n’existaient pas, Nokia dominait le monde du mobile, HP était leader du PC, BBM était une “killer application, etc. etc. ;-)

  6. Et entre nous, je suis pas sûr que le CEO de BlackBerry soit la personne la plus visionnaire en matière de tablettes :-D
    #TrollInside ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Envoyer à un ami