Comment va Windows 8 ? le point sur le marché

Par ,

Cinq mois après sa sortie, comment se porte le nouveau système d’exploitation de Microsoft ? Et bien la réponse courte est : pas terrible.

Mal aimé, je suis le mal aimé …

Dès février, on pouvait s’inquiéter sérieusement, car Windows 8 occupait alors 2,67 % des parts de marché, avec un rythme d’adoption en accélération de … 0.4% par rapport au mois précédent, autant dire qu’il était au point mort. Même Vista a connu une adoption plus rapide et d’ailleurs, ce dernier est encore aujourd’hui deux fois plus utilisé que Windows 8. On ne parle même pas de Windows XP, qui constitue encore le quotidien de plus d’un tiers des utilisateurs. Bien sûr, il est encore tôt pour se prononcer définitivement sur le destin d'un OS dont le succès se fera peut-être sur la durée, mais il faut reconnaître que ce n'est pas brillant pour un système qui a connu un prix de lancement historiquement bas (40$) pendant trois mois.

Desktop market share, as of February 2013
Parts de marché au mois de février.

En regardant les chiffres du mois de mars, on n’est pas vraiment rassuré. Windows 8 a bien gagné ce mois-ci 0.5 % de parts de marché ce qui le place devant … Linux. Le système se vend toujours moins bien que Vista et pourrait connaître le même sort. En son temps, ce système n’a jamais vraiment réussi à s’imposer, la plupart des utilisateurs ayant conservé XP et attendu Windows 7.

Windows 8 market share, since launch

Il y a bien un système qui se vend encore moins bien que Windows 8 c’est… Windows RT. La version pour processeur ARM de Windows 8, qui équipe la Surface RT, la Vivo Tab RT, entre autres, est en grandes difficultés. Mal cernée par les utilisateurs, la demande en tablette Microsoft  sur ARM reste faible et beaucoup de fabricants ont recours à des baisses de prix pour doper des ventes en bernes.

Non que les machines basées sur Intel se vendent formidablement bien, le Microsoft Store US a fait des coupes parfois assez importantes sur les tarifs des machines hybrides tablettes / PC à base d’Atom. Par ailleurs, on a ici même pointé des tarifs élevés pour le niveau de performances proposé, on n’en sera donc pas très étonnés.

Le HP Envy X2 qui est passé de 849$ à 599$

Le PC en berne

Au-delà de Windows, c’est tout le monde du bon vieux PC qui est sinistré, ce marché s’est contracté de 14 % par rapport au même trimestre de l’année précédente. C’est une chute brutale, presque deux fois plus importante que les prévisions. Alors que les Samsung, NVIDIA, Qualcomm, etc, sont en pleine expansion, le couple Windows / Intel est à la peine. La demande en processeur Intel a décliné de 2,7% et les bénéfices générés par la division Windows de Microsoft ont baissé de 6% au second trimestre 2012.

Certains n’hésitent d’ailleurs pas à hasarder que Microsoft serait en parti responsable du déclin du PC. Le système serait déroutant pour les utilisateurs traditionnels et n’offrirait que peu de valeur ajoutée par rapport à Windows 7. De même la crise identitaire Modern UI / Bureau et Windows 8 / Windows RT aurait également généré beaucoup de confusion chez les acheteurs potentiels. Difficile de confirmer cela, mais ce qui est certain, c’est que Microsoft n’est, littéralement, plus ce qu'il était.

La fin d’une ère

D’après Goldman Sachs, en 8 ans, Microsoft serait passé de 95 % à 20 % de parts de marché sur le secteur de l’informatique grand public. Après des décennies de monopole, il est aujourd’hui bon troisième derrière Google (49%) et Apple (29%). On le soupçonnait un peu, tant le paysage de l’électronique a changé depuis 2004. On savait bien que les appareils mobiles prenaient une part de plus en plus importante dans notre quotidien, mais là, il faut quand même avouer que la chute est spectaculaire. Même s’il essaie de diversifier, Microsoft est encore largement tributaire des revenus générés par le couple Windows / Office. Pour survivre, Microsoft pourrait alors avoir besoin de se réinventer… rapidement.

Un paysage qui a bien changé entre 2004 et 2012.

 

Le futur ?

Comment se réinventer néanmoins ? Windows 8 est lui-même un témoignage de la difficulté de concilier « tradition et modernité ». Microsoft pouvait-il réellement faire significativement mieux que ce qu’il propose actuellement ? Après tout, Windows 8 est correctement optimisé, il propose une interface agréable, un nouveau paradigme pensé pour le tactile, une compatibilité complète avec ses prédécesseurs. Alors pourquoi tant de haine ? Ou plutôt, pourquoi si peu d’amour ? Windows 8 n’a pas (encore ?) réussi à atteindre une « masse critique ». Pour le moment, le Windows Store souffre du cercle vicieux classique qui menace toute nouvelle plateforme. Peu d’utilisateurs donc peu de d’intérêt de la part des développeurs, donc peu d’applications et donc : peu d’utilisateurs. Mais si Windows 8 se vend mal, c’est sans doute aussi qu’il ne se trouve pas forcément de machines attrayantes pour le porter. Après tout, iOS n'est pas un succès en lui-même, ce sont les iPhones et les iPad qui le sont.

Sur un PC de bureau ou un portable classique (non tactile), Windows 8 ne propose qu’une valeur ajoutée anecdotique par rapport à Windows 7. Or, les tablettes ou convertibles actuels sous Windows peinent à trouver leur public. Peut-être sont-elles trop chères, trop lourdes, trop peu autonomes, trop peu puissantes pour séduire et faire la différence par rapport aux tablettes iOS / Android. Car Microsoft n’est pas seul sur son bateau, Intel l’y accompagne et leurs sorts sont liés. C’est sans doute plus le couple Intel / Windows qui devra réinventer le PC que Microsoft seul dans son coin.

Out of the Blue …

Microsoft ne va pas révolutionner encore une fois ce qu’il a établi avec Windows 8 avec les prochaines versions de son système. Le futur proche, c’est Windows 8.1 (ex « Blue ») qui ne fera que raffiner les bases posées avec Windows 8 et ouvrir un peu plus le champ des machines supportées. Nouveaux gestes tactiles, multitâche à quatre applications simultanées, IE 11, optimisation plus poussée du système et inauguration possible d’un système de mise à jour incrémentale, Windows 8.1 devrait aussi s’ouvrir aux tablettes 8 pouces dotées de résolutions d’écrans plus faibles. L’engouement des machines de petits formats ne se dément pas et Microsoft compte bien en tirer parti.

Windows Blue Start screen, with new smaller tiles
Un écran d'une version préliminaire de Windows 8.1. Les “tiles” y sont plus petites pour permettre des résolutions plus faibles.

Cette mise à jour majeure, qu’on imagine gratuite vu l’état du marché, pourrait aussi voir le retour du démarrage directement sur le bureau, mais ce n’est encore qu’une rumeur. Tout comme la fusion possible avec le code de Windows Phone qui permettrait d’avoir une plateforme unifiée sur toute les machines et donc une intégration transparente entre les divers appareils de l’écosystème. Et quid de Windows RT ? Il aurait jeté la confusion chez les utilisateurs, son app store famélique le rendrait peu attrayant de toute façon, quel sera son destin ? Sera-t-il abandonné ou sa branche sera-t-elle d’une manière ou d’une autre fusionnée avec Windows 8.1 ?

Il est trop tôt pour se prononcer là-dessus, mais le plus gros atout de Windows 8.1 pourrait être … Intel. C’est en effet cette année que le fondeur doit présenter ses processeurs Haswell et la prochaine génération de processeurs Atom. Intel travaille dur depuis plusieurs années pour rattraper son concurrent ARM sur le plan de l’efficacité énergétique. Avec sa gravure 22nm trigate, Intel a une carte à jouer et ses Atom vont enfin profiter pleinement de ce procédé de fabrication. S’il a déjà démontré qu’il était capable d’offrir une plateforme mobile crédible avec Medfield, Intel devrait largement améliorer les performances de ses puces fin 2013 avec « Bay Trail ». Si Intel devient enfin capable d’offrir à Windows 8 des machines aussi fines et légères que la concurrence avec un supplément de puissance et la rétrocompatibilité PC, Microsoft pourrait alors réussir à se faire une place. Dans ce cas, on pourra aussi se poser la question de la pertinence même du support ARM et de Windows RT, décidément… pauvre Windows RT.

“Bay Trial”, le sauveur de Microsoft ?

De même, sur le plus haut de gamme, les prochains processeurs Core « Haswell » promettent monts et merveilles du côté de la consommation électrique. Nul doute qu’une Surface Pro en Haswell serait bien plus convaincante qu’avec Ivy Bridge.

Les promesses ont tout intérêt à être tenues…

Réinventer le PC, une institution vieille de 30 ans, n’a rien de simple. Intel a lui-même dû changer largement son échelle de valeurs en déplaçant son point de mire des performances brutes à l’efficacité énergétique. Intel et Microsoft sont des énormes paquebots, effectuer un gros changement de cap leur prend plus de temps qu’à une compagnie comme NVIDIA, qui a réussi sa diversification dans le mobile. Néanmoins, leurs masses sont immenses et une fois lancés, ils pourraient à nouveau tout écraser sur leur passage. Encore faut-il qu’ils soient dans la bonne direction.

 

Source1, source2,source3

Quelques modèles tactiles sous Windows 8 :

(a voir aussi : notre comparatif des tablettes sous Windows 8)

le 5 385
- Marque(s) / Os :
Article précédentArticle suivant
5 commentaires
  1. Je viens de découvrir ce site. Les allégations du style paragraphe “la fin d’une ère” sont des vraies blagues digne d’un troll … Prétentieux sans aucune mesure, aucune analyse, aucun discernement.

  2. Windows 8 est une version batarde qui mélange 2 interfaces :

    windows 8

    et windows 7 (le bureau)

    Je travaille sous windows 8 depuis plusieurs mois, mais je ne peux travailler efficacement que sur le bureau (donc windows 7).Ceci explique cela …

    J’attends la future version -)

  3. Très bon article, qui va au fond du sujet, bravo et merci. Windows 8 une vrai cacade idem que Vista à l’epoque, je me suis fait avoir, je vais devoir installé Windows 7 (une vrai merveille) sur mon nouveau portable HP (1K€) qd même. Il ne reconnait pas la caméra frontale de l’HP (entre autre) .

    Produit mal pensé, pas finit, non ergonomique, µsoft aurait qd même pu s’inspirer d’Android pour les fonctionnalités et l’ergonomie, mais bon ils doivent être trop orgueilleux pour cela.

    Windows 8, à fuir, en attendant Windows 9 ???

  4. J’arrive pas à comprendre comment ils OSENT faire de la pub à propos de “multitâche à quatre applications simultanées” alors que sur 7 on peut avoir autant d’applications en même tant que peut en contenir notre barre en bas ou notre écran.. Où va le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend