Formation android basics nanodegree

Google Android Basics Nanodegree : une formation pour apprendre à créer des applications

Google et Udacity s’associent pour proposer un cours gratuit permettant aux débutants d’apprendre à développer des applications Android. Une occasion à saisir si vous avez toujours voulu concrétiser vos idées d’applications novatrices sans savoir comment vous y prendre. 

android-basics-nanodegree

Google propose aux néophytes de s’initier gratuitement au développement d’applications mobiles, et plus précisément aux applications Android. 

Pour ce faire, la firme de Mountain View s’associe avec Udacity, une entreprise spécialisée dans  l’apprentissage à distance, les MOOCs et les Nanodegrees. Ensemble, les deux firmes ont développé un programme intitulé Android Basics Nanodegree, regroupant une série de cours permettant d’apprendre à maîtriser à son rythme les bases de la création d’applications.

Apprenez à utiliser Android Studio

Les utilisateurs apprendront à utiliser Android Studio, l’outil officiel de Google pour le développement d’applications Android, pour le design d’interfaces utilisateur. Ils découvriront également comment implémenter des interactions utilisateur grâce au langage de programmation Java.

Les différentes leçons proposent d’apprendre pas à pas, en réalisant quatre applications visant à répondre à des besoins ancrés dans la réalité. Étape par étape, les utilisateurs seront guidés et apprendront à créer un formulaire de commande pour un café, une application pour le traçage d’animaux de compagnie dans un refuge, une appli pour apprendre des mots de vocabulaire de la tribu amérindienne Miwok, et enfin une app regroupant les statistiques sur les séismes récemment survenus sur la planète.

Ainsi, à la fin de ce didacticiel, les étudiants seront en possession d’un portfolio complet d’applications à partager avec leurs amis et avec leur famille. Une fois les leçons basiques mémorisées, les utilisateurs pourront en apprendre plus au sujet du développement d’applications par l’intermédiaire du Career-track Android Nanodegree.

Le nanodegree Android Basics est disponible gratuitement sur le site d’Udacity pendant une période d’essai d’une semaine, aux côtés de services payants comme la guidance de projet, le coaching, ou les conseils de carrière. La durée d’apprentissage est estimée à 165 heures. Ces différentes leçons sont malheureusement proposées uniquement en Anglais, mais les plus motivés pourront utiliser un outil comme Google Traduction pour traduire les différentes notions. Les cours avancés sont quant à eux payants, mais les 50 premiers utilisateurs qui obtiendront le diplôme basique auront la chance de recevoir ces leçons gratuitement.

Êtes-vous intéressés par ce nanodegree ?

25% des collégiens de classe de cinquième seront équipés d'une tablette dès septembre 2016

Tablette au collège : un déploiement difficile pour la rentrée prochaine

Dans le cadre du plan numérique initié par François Hollande en mai 2015, 25% élèves de classe de cinquième des collèges publics de France vont être équipés de tablettes à partir de septembre prochain. Ce projet se heurte toutefois à différents obstacles.

25% des collégiens de classe de cinquième seront équipés d'une tablette dès septembre 2016

En septembre 2014, François Hollande annonçait le lancement d’un plan numérique, d’une valeur de 1 milliard d’euros, visant à équiper les collégiens français d’équipements mobiles cofinancés par les départements. Le Président de la Répulique prévoyait au départ d’équiper 40% des élèves de cinquième dès septembre prochain, pour finir par fournir l’intégralité des établissements au bout de trois années.

Finalement, la Ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem vient d’annoncer que 25% des élèves de cinquième recevraient une tablette à la rentrée prochaine. Néanmoins, un délais supplémentaire semble nécessaire pour intégrer ces équipements dans les collèges après leur livraison.

C’est ce que rapportent plusieurs chefs d’établissements approvisionnés en avant-première pour tester le plan numérique. Selon eux, le déploiement de ces équipements high-tech se heurtent à plusieurs difficultés.

Manque de connexion

D’abord, le WiFi souvent médiocre des collèges publics limitent l’utilité des tablettes. Les départements vont par conséquent devoir améliorer la connexion internet des établissements, mais également rajouter des prises électriques pour recharger les appareils. L’Assemblée des départements de France prévient qu’il faudra un certain temps pour effectuer ces changements.

Problèmes pratiques

La nature massive de ce plan entraîne également des livraisons complexes avec notamment la nécessité de configurer les tablettes pour le parc informatique de l’établissement, retardant encore leur utilisation.

La question de l’assurance se pose également, puisque le ministère n’a pas encore défini qui allait la payer. Les risques de voir ces tablettes cassées par les élèves volontairement ou non est important, et le gouvernement devrait songer à un moyen d’éviter ce problème.

Des enseignants réticents

Enfin, certains professeurs ne sont pas convaincus que ces tablettes tactiles puissent améliorer l’enseignement. Selon l’Institut Montaigne, le numérique peut permettre de lutter contre l’échec scolaire, mais nécessite un changement des pratiques pédagogiques. Il faudrait donc réviser le programme scolaire pour l’adapter à ces nouveaux équipements.

Dans le cadre d’une étude publiée en mars dernier, l’Institut a consulté plus de 80 acteurs de l’éducation et du numérique. La conclusion est que les tablettes (ou du moins plus généralement le numérique) devraient être intégrées dès l’école primaire.

Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre les tablettes dans le milieu scolaire ? 

Les tablettes tactiles remplaceront les livres dans les écoles coréennes d'ici 2015

La tablette et le numérique ne font pas de miracle à l’école

Largement présente à l’école (mais pas toujours bien utilisée), la tablette suscite la polémique entre d’ardents défenseurs qui ne jurent que par elle et des détracteurs qui ne veulent pas en entendre parler. Via un nouveau rapport PISA, l’OCDE nous donne des indications intéressantes sur l’utilisation du numérique à l’école, et elles sont loin d’être positives.

À chaque rentrée scolaire depuis quelques années c’est la même chose, on parle de numérique à toutes les sauces. Dans les faits, cela se concrétise d’ailleurs par l’équipement en appareils numériques dans de nombreux établissements scolaires, collège en tête.

L’équipement ne permet pas tout

Dans les faits, comme nous le rappelle le rapport PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) commandé par l’OCDE et remis hier, présence accrue du numérique ne veut pas dire meilleurs apprentissages et donc meilleurs résultats scolaires. Ceci étant dit, je ne suis pas certain que c’était le seul but recherché tant les enjeux du numérique à l’école sont multiples.

Le seul souci que posent les conclusions de ce rapport est qu’au moment où se déploie le plan numérique, qui s’élève à un milliard d’euros, on peut se poser la question de la pertinence de celui-ci.

Pour entrer dans le détail de ce rapport, l’OCDE soulève le fait que les pays qui ont massivement équipé leurs établissements d’outils numériques ne voient pas évoluer positivement les résultats de leurs élèves. Compréhension de l’écrit, sciences ou encore Mathématiques sont trois domaines où le numérique n’a eu aucun impact positif ces dernières années. Pour obtenir de tels résultats, l’enquête a été menée autour d’élèves de 15 ans qui ont mis en place des pratiques numériques avec leurs professeurs.

Une école d'Angers avec les iPad Crédits photos (c) angersmag.info
Une activité numérique dans une école d’Angers Crédits : angersmag.info

Ainsi, il est aussi mis en avant qu’une classe qui travaille avec des outils numériques au quotidien ne réussit pas forcément mieux aux tests numériques (écrit électronique, navigation ciblée…). Pour étayer ses dires, l’OCDE s’appuie sur l’exemple de l’Espagne qui consacre plus de 30 minutes par jour à l’enseignement par le biais du numérique et dont les résultats sont en deçà de la moyenne des pays développés.

En ce qui concerne les élèves français, il se débrouille mieux sur ordinateur que sur papier, surtout les garçons, alors même que l’enseignement numérique n’est pas imposé chez nous. Il apparait que les pays dont les enfants baignent dans la culture numérique depuis leur plus jeune âge sont ceux où la performance scolaire liée aux nouveaux usages est la meilleure. On peut citer parmi les meilleurs dans la compréhension de l’écrit Singapour, la Corée du Sud, Hong Kong, le Japon, le Canada ou encore Shanghai.

Un personnel encore trop peu formé

Ce constat d’échec a de multiples explications dont la première pourrait être la non-qualification des enseignants qui sont chargés de travailler avec ces outils. Si la mise en place du plan numérique impose 3 heures de formation à chaque enseignant, on peut légitimement se demander si cela sera suffisant au regard des multiples possibilités que le numérique permet et des évolutions quasi quotidiennes engendrées. Toujours est-il que ce personnel peut qualifier, et parfois peu intéressé par ces questions, est certainement l’un des facteurs qui ne permet pas au numérique de trouver une pertinence dans le monde scolaire. Il est bon de rappeler ici que nombreux sont ceux qui continuent de voir le numérique comme un ennemi et comme un loisir, et non pas comme un nouveau support pédagogique.

En Australie, pays qui forme son personnel à la question du numérique, les élèves se montrent bien plus performants dans des tâches comme la navigation ciblée (les Australiens sont seconds derrière Singapour). Le rapport soulève aussi que ce n’est pas la quantité d’utilisation qui fait la pertinence du numérique à l’école, mais sa qualité.

Demain, la tablette sera peut-être aussi importante que la trousse ?
Demain, la tablette sera peut-être aussi importante que la trousse ?

Autre facteur qui explique ces mauvais résultats, les logiciels proposés aux élèves peu attractifs et souvent peu pertinents. Dans un monde où les élèves baignent dans un univers numérique souvent ludique, les logiciels parfois austères et compliqués à utiliser rendent l’expérience de travail désagréable et n’incitent pas les élèves, et parfois les enseignants, à s’emparer de ces outils.

La réussite future de l’usage du numérique à l’école dépend donc de plusieurs facteurs. L’intérêt des enseignants pour ces nouveaux outils et nouveaux usages, une bonne formation du personnel de tous les degrés ou encore des logiciels pertinents pour accompagner le travail des enseignants en classe.

En assortissant dans son plan numérique un volet formation à l’équipement des établissements et des élèves, la France semble prendre la bonne direction. Toutefois, le chemin semble encore long et la réussite dans ce domaine ne dépendra que de la volonté de tous les acteurs de l’éducation nationale à aller dans la même direction.

iPad en entreprise

En entreprise, l’iPad reste le patron

Si les ventes d’iPad ne cessent de régresser depuis plus d’un an maintenant, la tablette d’Apple semble toujours faire l’objet d’un intérêt certain dans le monde de l’entreprise. Alors qu’Apple multiplie les partenariats dans ce secteur, une récente étude montre que l’iPad reste de très loin l’ardoise numérique la plus utilisée dans le domaine professionnel.

Bien que les chiffres de vente de l’iPad ne soient pas les meilleurs depuis plus d’un an maintenant, on ne semble pas plus inquiet que cela du côté d’Apple où l’on continue à croire au fort potentiel de la tablette. Une récente étude menée par Good Technology semble montrer que l’iPad garde très largement son leadership dans le monde de l’entreprise.

De Tim Cook à Lucas Maestri, le discours du côté de Cupertino reste le même, l’iPad a un avenir radieux qui l’attend et c’est peut-être dans le monde de l’entreprise qu’il s’inscrit principalement. D’ailleurs, depuis quelque temps déjà, Apple noue des partenariats dans ce sens avec à la clé la vente de milliers d’iPad. L’association avec IBM, conclu l’an passé, est certainement le partenariat le plus parlant pour illustrer ce propos.

81% d’iPad en entreprise

Pour revenir à l’étude qui nous intéresse, elle révèle que 81 % des tablettes présentes dans le monde de l’entreprise sont des iPad, là où Android ne représente que 15 % et Windows 4 %. Le résultat est donc sans appel, l’iPad semble connaître un véritable plébiscite que l’on peut imaginer lié à son offre pléthorique d’applications (même professionnelles) associée à un usage fiable et rapide facilité par un écosystème performant.

iPad entreprise
L’iPad écrase la concurrence dans le monde professionnel

iOS dans son ensemble est d’ailleurs très largement prisé par les professionnels puisque 72 % des terminaux activés sont des appareils pommés (iPad et iPhone). Certains domaines, comme celui de l’éducation, sont même très largement dominés par iOS (83 %), c’est aussi vrai pour les domaines de la finance (76 %). En France, nous ne savons pas encore quelles tablettes seront sélectionnées pour accompagner le futur plan numérique à destination des collèges, mais on peut douter qu’il s’agisse d’iPad.

Pour autant, cette étude, si elle est mise en relation avec la précédente, montre tout de même qu’Apple et son iPad reculent de 4 % par rapport au trimestre précédent, et que ce recul se fait à l’avantage de tablettes avec un système Android. Ajoutez à cela des ventes qui ont baissé de 4 millions d’une année sur l’autre et l’on pourra y voir quelques sources d’inquiétude chez Apple.

L’iPad pro pour asseoir cette domination ?

La réponse à cette problématique pourrait venir d’un nouvel appareil, que la rumeur appelle sobrement l’iPad pro, dont l’écran d’une diagonale de 12 pouces et la présence d’un stylet pourra certainement séduire le monde professionnel. Si pour le moment cette machine n’existe que sous la forme d’une rumeur, elle parait plus que jamais être taillée pour répondre aux besoins de certains secteurs professionnels, surtout si son OS se rapproche d’OS X.

pub iPad
Apple communique souvent sur son iPad en milieu professionnel.

En plus d’une position de leader plutôt incontestable, Apple semble avoir dans sa manche quelques atouts, qui se concrétisent en ce moment par la signature de partenariats qui permettent à la firme de Cupertino d’aborder l’avenir dans le monde de l’entreprise plutôt sereinement.

Seline 15

Evi dévoile la nouvelle version de sa suite bureautique avec IA intégrée

Les assistants artificiels ne sont plus une nouveauté : Google Now, Siri et bientôt Cortana. Mais connaissez-vous Seline ? Cette suite bureautique développée en France dispose elle aussi d’une IA capable de suivre vos ordres afin de donner la bonne information au bon moment. 

seline

Créée en 2002, la suite Seline en est aujourd’hui à sa quinzième itération. Dotée d’une intelligence artificielle, elle peut se diriger aussi bien à la souris et au clavier qu’à la voix. Dites le nom d’un contact, elle vous ouvrira l’application d’e-mail et attendra que vous dictiez le message. La suite intègre plusieurs outils pour la productivité : agenda, gestionnaire de tâches, tableur et traitement de texte. Pour les professionnels, il est possible de travailler de façon collaborative entre machines équipées de la suite : chat, synchro de rendez-vous, etc…

Seline 15 screenshot
Seline intègre son propre tableur compatible avec les fichiers Microsoft Office.

 

Une médiathèque est incluse, ainsi qu’un navigateur web ou encore un logiciel de gestion des finances. Tout est utilisable de façon classique grâce à l’IA qui va indexer vos disques durs et apprendre vos actions au fur et à mesure de son utilisation. Le point positif est que les mises à jour et le support sont fournis à vie, même pour les premiers clients qui auraient fait l’acquisition de ce produit il y a des années. Compatible avec Windows pour PC et tablettes, il vous en coûtera 49€ pour obtenir cette suite disponibles sur le site officiel Seline. Des offres de réduction sont réservées aux professionnels pour l’achat de plusieurs licences.

Notre vidéo de présentation

Que pensez-vous de ce produit français ? Seriez-vous intéressé par une telle suite sur une tablette Android ? 

Etude : la tablette encore peu utilisée dans le monde professionnel (+infographie)

Après notre article sur l’apport des tablettes dans le monde professionnel, Orange Pro vient de réaliser une étude sur l’utilisation des smartphones et tablettes en milieu professionnel. Les données ont été résumé dans une infographie.

La tablette encore peu utilisée

Si 34% des actifs disposent d’une tablette à titre privé, seulement 5% en possèdent une au travail. Parmi ceux qui ont une tablette à la maison, 20% l’utilisent au travail.

L’utilisateur type de tablette dans le monde professionnel est un homme de 40 ans, occupe un poste d’encadrement (98%) et va au contact du client pour 96% d’entre eux.

L’usage reste assez classique puisque 86% s’en servent pour surfer sur Internet, 80% pour relever leurs mails pro et 67% pour lire la presse. Chiffre surprenant, 1 utilisateurs sur 2 s’en sert pour téléphoner (52%).

27% des actifs possèdent un mobile Pro

Le mobile est naturellement plus présent en milieu professionnel avec 27% des actifs qui possèdent un portable fournis par l’entreprise (dont 55% de smartphone).

L’usage qui en est fait reste très basique puisqu’on retrouve derrière les appels, l’utilisation des sms pour 84%, l’envoi de mms pour 58% et la navigation internet pour 53%.

Et vous, utilisez-vous un mobile ou une tablette dans votre profession ?

orange-utilisation-tablette-pro

L’étude a été réalisée par TNS Sofres pour Orange Pro sur une panel de 3004 actifs en janvier 2014.

via boutiquepro.orange.fr

[Education] Retour d’expérience : « Ouvrons nos esprits par nos oreilles » ou comment travailler la prise de parole à l’école

La fin d’année scolaire est toujours une période où les apprentissages ne sont plus la priorité de nos chères têtes blondes; la météo, les sorties n’aident pas beaucoup à cette tâche. Cependant, cette période est pour moi, synonyme d’essais pédagogiques. Les classes non-complètes sont parfois des situations parfaites pour tenter des expériences pédagogiques plus complexes. Les vacances qui suivent permettent de faire avancer la réflexion. La rentrée scolaire ancre les bonnes résolutions de l’année à venir. Quel constat ?

> Lire l’article

[Education] Rendre acteur nos élèves sur iTunes U

La mise à jour d’iTunes U de cette semaine fait suite à une réflexion pertinente de la part de Apple. Comme d’autres très grands consommateurs et créateurs de contenu sur iTunes U, j’ai été consulté pour critiquer et faire évoluer ce portail dédié aux établissements scolaires. Même si la marque fruitée est un fabriquant gigantesque, il est toujours à l’écoute de ses utilisateurs spécifiques (ici les enseignants), qui sont consultés pour faire avancer ce produit.

> Lire l’article

Via Viega, une tablette robuste de 10 pouces sous Android

VIA a dévoilé cette semaine un nouveau modèle qui vient s’ajouter à sa gamme de tablettes Android. Il s’agit de la VIA Viega, un prototype robuste de 10 pouces conçu pour résister aux conditions les plus hostiles.

via-viega

La VIA Viega est une tablette solide destinée à un usage commercial ou industriel. Il s’agit donc d’un modèle principalement destiné aux entreprises ou plutôt à leurs employés travaillant dans des conditions pas tout à fait ordinaires, comme celles des chantiers de construction par exemple. Mais vous pouvez toutefois vous l’offrir si vous êtes du genre à faire tomber votre tablette au moins deux fois par jour. Il vous suffira de la reprendre à chaque fois sans vous soucier d’éventuels dégâts. La tablette est également certifiée IP65, ce qui veut dire qu’elle est invulnérable à l’eau et à la poussière.

Côté caractéristiques, la VIA Viega est une tablette plutôt standard. Elle est alimentée par un processeur dual-core ARM Cortex A9 cadencé à 1,2 GHz, épaulé par un Mali-400 DP GPU qui gère le côté graphique des choses. Sa capacité de stockage interne est de 16 Go, avec possibilité de l’étendre grâce à une carte microSD. La mémoire RAM quant à elle est de 1Go. L’écran étanche de 10 pouces offre une résolution de 1280 x 800 pixels.

Sont également à retrouver les autres caractéristiques classiques : WiFi, NFC, GPS, Bluetooth 4.0, ainsi que la 3G en option. La tablette dispose de deux ports micro USB et d’un port micro HDMI sans oublier ses caméras arrière et frontale de 5 et de 2 mégapixels. La batterie dispose d’une autonomie de 9 heures. Suffisant donc pour toute une journée de travail.

La VIA Viega tournera sous Android 4.2 Jelly Bean et non KitKat. Mais pour ceux qui sont à la recherche d’un dispositif de ce type, la version du logiciel peut ne pas être un souci majeur.

Pour l’instant la date de sortie ainsi que le prix de la tablette ne sont pas encore connus.

 

Apple et IBM s’associent autour d’iOS pour les entreprises

C’est une annonce d’envergure qu’ont faite conjointement IBM et Apple hier dans la journée puisque les deux sociétés ont décidé de travailler ensemble pour le monde de l’entreprise. Réunis sous le projet « IBM MobileFirst for iOS », les deux géants de l’informatique comptent bien profiter de cette alliance pour aider les entreprises à se développer, à commencer par les leurs.

Voilà ce que l’on pourrait appeler un partenariat aussi surprenant que stratégique que l’on a découvert dans la journée d’hier, celui de deux géants de l’informatique, Apple et IBM. C’est autour de quelques thèmes centraux que les deux sociétés ont décidé de s’associer pour monter le projet IBM MobileFirst for iOS qui rassemblera le meilleur des deux sociétés au service des entreprises, certainement américaine pour commencer.

Pour Apple, l’enjeu est de taille, car à la clé, la firme de Cupertino espère continuer de développer l’iPhone et l’iPad à grande échelle au sein de l’entreprise. Pour IBM, c’est l’expertise et la puissance commerciale qui devraient continuer de rayonner dans les années qui viennent dans les milieux professionnels. Comme le rappelait justement Tim Cook hier dans une série d’interviews qui ont suivi cette annonce : « Nous ne sommes pas en concurrence sur tout. Et quand vous faites ce genre de partenariat, vous finissez par construire quelque chose de meilleur que si vous le produisiez vous-même ».

De son côté, Ginny Rometty, CEO de chez IBM, ne tarissait pas d’éloges sur son homologue en rappelant que la firme Apple représentait le modèle standard en terme d’informatique mobile. Les deux sociétés semblent être sur la même longueur d’onde et comptent bien profiter de cette alliance pour renforcer leur stratégie, sans se faire concurrence, mais en se complétant, telles les pièces d’un puzzle comme le suggérait hier Tim Cook.

IBM Apple
Ginny Rometty (IBM) et Tim Cook (Apple).

Ce sont donc quatre axes que les deux sociétés vont tâcher de renforcer ensemble. Dans un premier temps, il s’agit de mettre en place plus d’une centaine de solutions adaptées aux différents secteurs d’activités pour lesquels s’adressent ces deux sociétés. Cela pourra être des applications qui seront développées spécifiquement par exemple.

Ensuite, la stratégie va tourner autour du Cloud avec des services optimisés pour le besoin des entreprises. Sécurité, gestions des appareils et des données et totale intégration des services sur les terminaux mobiles, voilà les défis qu’IBM et Apple vont devoir relever.

Le troisième axe concerne la garantie du matériel avec une nouvelle offre AppleCare qui se destine totalement aux entreprises. Pour cela, une assistance spécifique sera mise en place.

Enfin, IBM proposera de nouvelles offres « packagées » qui comprendront activation, approvisionnement et gestion des appareils sur le long terme.

Screen-Shot-2014-07-15-at-5.50.49-PM-640x360
Les deux dirigeants ont assuré le service après-vente à la télévision, ici sur CNBC.

Ces 4 axes de travail risquent de demander beaucoup d’énergie aux deux sociétés, mais sont aussi un vecteur de croissance certain pour les deux entreprises. Apple et IBM comptent aussi sur le phénomène BYOD (Bring Your Own Device) pour accompagner celles et ceux qui utilisent leurs terminaux personnels (tablettes ou smartphones) comme outils professionnels vers une optimisation de cet usage.

La santé, la finance, les établissements bancaires, le tourisme, la distribution, les transports… voilà autant de secteurs d’activités qui sont concernées par cette alliance et qui devraient être épaulées par les quelque 5.000 experts mobiles d’IBM et les 100.000 consultants présents sur l’ensemble de la planète. Une force de frappe non négligeable qui devrait permettre à IBM et Apple de rester des acteurs majeurs auprès des professionnels encore pour un long moment.

Le temps maintenant que cette collaboration prenne forme de manière concrète et nous devrions assister aux premières démonstrations durant l’automne prochain, des démonstrations qui seront regardées avec intérêt par certains dirigeants d’entreprises qui pourraient rapidement se laisser séduire par cette nouvelle alliance.

USA : Samsung annonce une Galaxy Tab 10.1″ dédiée à l’enseignement

Samsung compte bien grappiller des parts de marché dans le secteur de l’éducation, pour l’instant largement dominé par Apple. Pour cela, la marque va proposer une Galaxy Tab 3 10.1″ avec des applications dédiées aux écoles.

samsung-education

D’un point de vue technique, il s’agit d’une Galaxy Tab 3 10,1″ qui devrait garder les caractéristiques suivantes :

  • Écran 10 pouces 1280 x 800 pixels
  • 1 Go de RAM et processeur Intel Atom Z2560 double cœur à 1,6 Ghz
  • GPU PowerVR SGX544MP2
  • Double caméra 3 Mpixel / 1,3 MPixel
  • Wifi g,n (5 Ghz) / Bluetooth / GPS.
  • LED Infrarouge
  • Slot Micro SD (cartes allant jusqu’à 64 Go)
  • 16 Go de stockage intégré
  • Batterie de 6800 mAh
  • Android 4.2.2 avec interface Touchwiz
  • Poids de 500 g.

A priori seul une puce NFC a été rajouté pour faciliter les échanges au sein d’une classe.

C’est du côté logiciel que la tablette sous Android 4.4 va se différencier avec la mise à disposition du “Google Play Store For Education”. Ce dernier donne accès à des contenus spécifiques (livres, vidéos et contenus pédagogiques), le tout administré par l’université qui peut acheter et déployer facilement le contenu en masse sur les tablettes du réseau. Vous pouvez relire notre article dédié au Play Store for Education pour plus de précisions.

Disponible dès avril 2014, on ne connait pas encore le tarif ni les conditions pour obtenir la tablette. Elle sera disponible uniquement aux USA pour commencer.

Panasonic lance la Toughpad FZ-M1 pour les professionnels #CES2014

Panasonic va commercialiser une tablette 7 pouces destinée aux professionnels nomades. Présentation du modèle.

Toughpad-FZ-M1

Annoncée lors du CES, cette tablette 7 pouces sous Windows 8.1 Pro allie robustesse et puissance. Côté robustesse, sa coque durcie pourra résister aux chocs les plus importants (chute d’une hauteur jusqu’à 1,50m). Côté puissance un processeur Intel Core i5 vPro (4ème génération), 4 Go de ram, et 128 Go de stockage ssd sont au rendez-vous. Il est également possible de mettre 8 Go de ram et un disque ssd de 256 Go et même un processeur Intel Celeron moins puissant d’ici mai 2014.

Selon Panasonic, elle est la plus fine dans sa catégorie (c’est à dire celle des tablettes durcie de 7 pouces sous Windows 8) avec 18 mm d’épaisseur pour un poids total de 540 grammes.

Voici les caractéristiques complètes (attention la tablette est entièrement personnalisable) :

  • écran 7 pouces, résolution de 1280 x 800 pixels
  • Processeur Intel Core i5 vPro (ou Intel Celeron)
  • 4 Go ou 8 Go de ram
  • en option : Puce 4G / GPS / NFC / Lecteur carte à puce / Lecteur code barre / Puce RFID
  • en série : Wifi / Bluetooth, 1 port usb, 1 port micro SD, 1 port micro Sim
  • webcam 2 mpx / Apn 5 mpx
  • 8 heures d’autonomie & batterie échangeable à chaud
  • coque durcie / résistante à l’eau
  • Poids de 540 grammes

Le Toughpad FZ-M1 sera disponible en février 2014 auprès du réseau de Partenaires Panasonic à partir de de 1599 € HT.

 

Et si on visitait le musée autrement ? … avec des tablettes !

Les tablettes envahissent progressivement le monde de l’éducation. Pourtant, l’éducation ne se réalise pas uniquement entre les 4 murs d’une salle de classe. Les bibliothèques, le cinéma, les salles de concert et surtout les musées sont les lieux de culture par excellence. La pédagogie change, le rapport au savoir évolue …

>> Lire la suite sur Tablette & Education