Test Onyx Boox Note Plus : notre avis sur la liseuse 10″ et son stylet

Par ,

Si on connait surtout Amazon et Kobo dans le monde des liseuses, d’autres marques ont aussi de quoi attirer l’attention. Onyx s’est ainsi lancé sur un secteur en pleine expansion avec la Onyx Boox Note Plus, une liseuse électronique grand format permettant de dessiner et prendre des notes. Nous l’avons testé, voici maintenant l’heure du verdict.

Prix et spécifications

Onyx est une marque chinoise qui possède une large gamme de liseuses, allant du format 6″ à du monstrueux 13.3″. Et comme la Energy Sistem Ereader Pro HD, les machines asiatiques tournent toutes sous Android. Mais pourquoi de telles tailles d’écran ? La raison est simple : pour la prise de notes et le dessin numérique. Tout comme Remarkable, Onyx s’est lancé en 2017 sur ce marché atypique en plein boom, dominé jusqu’à présent par les tablettes tactiles du genre Galaxy Tab S4.

Prise en main Onyx Boox Note Plus de face

La Onyx Boox Note Plus que je teste aujourd’hui présente d’ailleurs une fiche technique plus proche de la tablette tactile que de la liseuse classique :

  • Ecran tactile 10.3″ E-Ink Carta 1872 x 1404 px
  • Processeur quad-core 1.6 GHz
  • 2 Go RAM
  • 32 Go de stockage
  • Wi-Fi, Bluetooth 4.1, USB-C
  • Haut-parleurs + microphone
  • Batterie 4100 mAh
  • Android 6.0.1 Marshmallow

Sans écran E-Ink, cette machine ne serait rien qu’une tablette d’entrée de gamme comme tant d’autres. Son prix est cependant loin de là : 549€ sur Amazon :

Voir l'offre

Il existe aussi un modèle Note à 529€ qui utilise une dalle en plastique souple plutôt que du verre :

Voir l'offre

Vidéo de prise en main

Principaux défauts

Une fois n’est pas coutume, je vais résumer immédiatement les principaux défauts de la Note Plus. Un choix délibéré de ma part, car comme nous allons le voir cette liseuse s’adresse à un public de niche. Donc autant commencer par les points bloquants, le reste n’étant ensuite que du plaisir.

Une interface mal traduite

Le premier point négatif provient du logiciel. Basée sur Android 6.0.1, l’interface de la Onyx Boox Note Plus est malheureusement très mal traduite depuis le dernier firmware 2.0. Si les anciennes versions étaient en français, il faut ici faire face à de l’anglais 90% du temps. Je ne doute pas que les futures mises à jour amélioreront ce fait, mais de nombreux utilisateurs anglophobes risquent d’être rebutés.

Intrface langue liseuse Onyx

Pas d’éclairage frontal

C’est pour ma part LE plus gros défaut de cette sympathique liseuse. Elle ne dispose d’aucun éclairage frontal, empêchant ainsi la lecture de nuit. Pour ça, il faudra attendre la sortie de la Onyx Boox Note Pro plus tard cette année. Cette dernière apportera un éclairage frontal avec gestion adaptative de la colorimétrie. Mais à plus de 500€, son absence sur la Note Plus me parait impardonnable, même s’il faut bien reconnaître que créer un éclairage frontal de qualité sur une large surface n’est pas une mince affaire…

Le Play Store non certifié

Autre point noir de la liseuse Onyx : le Play Store. Si le magasin officiel de Google est bien intégré à la liseuse grand format, ce dernier n’est pas activé par défaut, ni même certifié. Il faut aller dans les paramètres, le rendre accessible dans l’interface puis utiliser le service Google GSF pour faire “sauter” le blocage. Tout ça parce que le constructeur n’a pas fait certifier sa liseuse auprès du géant américain.

Google Play Store sur liseuse Onyx

Ce n’est pas gênant en soit. Mais rien de tout ça n’est expliqué, nulle part. Il faut ainsi fouiller le Net et bidouiller un peu au pif avant de faire fonctionner les applications Google correctement. Les moins patients en auront vite marre !

Des bugs parfois gênants

Les détracteurs d’Android lui reprochent souvent ses bugs. Cet OS a pourtant bien évolué avec le temps, devenant très stable et bien plus exploitable qu’à ses débuts. Moi-même j’utilise des solutions Android au quotidien. Et bien qu’Onyx réalise des mises à jour régulières sur sa liseuse Note Plus, je dois bien avouer qu’il y a encore du travail pour peaufiner le logiciel.

En de très rares occasions, je suis tombé sur quelques petits bugs gênants. Par exemple, la page qui ne se rafraîchit pas en mode prise de notes, rendant invisible le tracé du stylet. Il suffit alors de quitter la page puis d’y revenir. Une autre fois, la liseuse redémarre alors que j’essaie de lire un PDF en mode double page. Ou encore le compteur de progression qui a du mal à s’actualiser, m’indiquant 80% alors que j’ai lu 100% du livre…

Ce sont de petits bugs sporadiques qui seront sans aucun doute rapidement réglés. Mais là encore, un peu de patience est nécessaire. Rassurez-vous quand même, dans 99% des cas la Onyx Boox Note Plus tourne à merveille.

Design

Après la revue des points négatifs, il est temps de passer aux choses sérieuses. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’au final la Note Plus vaut son prix.

Si la liseuse adopte l’aspect d’une tablette, elle m’a bluffé par son poids plume d’à peine 359 grammes. C’est à peine plus lourd que la Bookeen Saga de 6″ avec sa coque renforcée. La prise en main est donc très agréable, permettant la lecture sur une longue période sans fatigue importante des poignets. Et pour dessiner en mobilité, la Onyx Boox Note Plus s’avère plus agréable à utiliser que la Galaxy Tab S4 plus petite mais plus lourde.

USB-C connectique Note Plus Onyx

S’il faut se contenter d’une coque plastique, cette dernière est bien assemblée. La connectique se limite à un port USB-C, il faut faire l’impasse sur le port micro-SD. Mais avec 32 Go de mémoire, il y a déjà de quoi stocker des centaines d’ouvrages, même au format PDF.

C’est donc une belle réussite au niveau du design pour cette liseuse qui est très agréable à manipuler au quotidien.

Ecran

C’est le gros morceau de cette liseuse : la dalle E-Ink Carta de 10.3″ en verre. Une taille impressionnante pour une machine de lecture électronique. Un tel gabarit sert avant tout à lire des PDF, un format souvent mal géré par les liseuses plus petites.

Ecran liseuse Onyx Boox Note

Grâce à une résolution de 227 ppi, la Onyx Boox Note Plus fait des merveilles pour visualiser des documents garnis d’images ou de graphiques. Bien entendu, il reste possible de bouquiner des romans, mais il me semble que ce n’est pas l’objectif de cette liseuse numérique. Pour ma part, c’est la lecture de comics et autres bandes dessinées qui a trouvé tout son sens sur cette machine. J’y ai pris presque autant de plaisir que sur tablette, voire plus – malgré l’absence de couleurs.

Mode A2

La liseuse de chez Onyx apporte aussi une fonctionnalité nommée A2. Comme vous le savez probablement, les écrans à encre électronique ont un taux de rafraîchissement très faible et affichent une sorte de rémanence s’ils ne sont pas rafraîchis de temps en temps. Onyx pallie ce problème avec le mode de rafraîchissement A2. Une fois activé, la dalle E-Ink est rafraîchie très rapidement, mais en partie uniquement.

Concrètement, ça permet de naviguer plus vite sur les documents ou avec le navigateur web. On peut même regarder des vidéos sur YouTube ! En revanche, la rémanence est bien plus importante, on a donc plus de détails en arrière-plan, comme si les pages précédentes étaient superposées. Le mode A2 n’est pas à activer en permanence, mais il fera des merveilles lors de l’utilisation du stylet, augmentant la réactivité durant la prise de notes.

Interface

Pour la fin d’année 2018, Onyx a totalement revu son interface. La barre de raccourcis passe ainsi du bas de l’écran au côté gauche. Elle donne accès aux éléments suivants :

  • Bibliothèque
  • Magasin Onyx (en chinois)
  • Notes
  • Stockage
  • Applications
  • Paramètres

Ces raccourcis ne sont pas modifiables comme sur la Ereader Pro ou la InkBook Prime, c’est bien dommage. Le magasin Onyx en chinois peut cependant être désactivé depuis les options.

Interface liseuse Onyx

Android 6.0.1 oblige, le haut de l’écran regroupe de nombreux contrôles comme le Wi-Fi, Bluetooth ou volume, ainsi que les notifications. Si vous avez une tablette avec cet OS, vous ne serez par dépaysé, on reste en terrain connu. Onyx rajoute cependant quelques éléments comme le mode A2 ou la possibilité de désactiver le tactile capacitif pour ne travailler qu’avec le stylet Wacom.

Applications

Le gros avantage des liseuses Android provient de la possibilité de télécharger des applications depuis le Play Store. On peut ainsi centraliser en une seule machine plusieurs services : Kindle, Kobo, Dropbox, etc… Pratique si comme moi vous avez des ouvrages stockés sur diverses plateformes !

Applications Android liseuse Onyx

Onyx réalise d’ailleurs un beau travail de compatibilité. L’application Kindle fonctionne bien mieux que sur la Ereader Pro testée l’an dernier dans nos colonnes. Pour tout dire, je n’ai pas trouvé d’application qui ne fonctionne pas comme sur tablette. Si on oublie l’aspect gris de l’écran E-Ink, on est dans le même environnement que n’importe quelle machine sous l’OS de Google. Vous pouvez lire vos mails, aller sur Twitter, lire un ouvrage sur Kindle, écouter de la musique, etc…

On sort presque du cadre de la lecture numérique tant les possibilités sont nombreuses !

Suivi logiciel

Je commence maintenant à avoir un certain recul après avoir testé de nombreuses liseuses. S’il y a bien un point où Onyx écrase ses concurrents, c’est au niveau du suivi. Les mises à jour s’enchaînent régulièrement, apportant à chaque fois leur lot de nouveautés. Presque chaque mois on assiste à la sortie d’un nouveau firmware.

L’application de prise de notes a été revue en profondeur, tout comme l’interface depuis ses débuts. La société chinoise semble suivre de près les recommandations de ses utilisateurs, adaptant au mieux le logiciel à leurs doléances. Encore une fois, Onyx a su me bluffer, prouvant que les produits chinois sont très qualitatifs, contrairement à la croyance populaire.

Lecture

Même si la Onyx Boox Note Plus est loin de ressembler aux liseuses grand public avec ses nombreuses options, elle est toutefois bien équipée pour la lecture numérique. L’application native offre de nombreuses possibilités de personnalisation pour vos e-books : plus de 100 polices, 8 tailles différentes, une gestion très précise de l’espace interlignes, des paragraphes et des marges. C’est donc plutôt complet.

Lecture options liseuse Onyx

Attention toutefois, avoir une centaine de polices n’est pas forcément un atout. Je n’en ai apprécié qu’une dizaine, le reste n’était pas vraiment agréable à l’œil. Vous pouvez cependant importer des polices libres au format .OTF.

Il faut aussi faire l’effort de trouver un dictionnaire français au format .DICT, puisque la liseuse ne propose que des dictionnaires en anglais. Pour résumé, les possibilité de la Note Plus sont quasiment infinies, il faut juste prendre le temps de bien la préparer. Les lecteurs qui cherchent une solution clé en main passeront donc leur chemin. En revanche, si vous aimez bidouiller comme moi, alors vous serez aux anges !

Une gestion des PDF au top

Lire des romans sur grand écran n’est pas forcément le plus agréable. En revanche, la liseuse Onyx est une vraie perle pour les PDF. J’ai tenté la lecture de comics et mangas sur des fichiers faisant parfois plus de 500 Mo. Avec son processeur quad-core et ses 2 Go de RAM, la Note Plus n’aura jamais failli. Que ce soit pour tourner les pages ou zoomer, la réactivité est au top en toutes circonstances.

Les options de lecture sont là aussi très nombreuses, permettant de jouer sur les contrastes, le découpage des feuillets ou les polices. S’il y a bien un domaine pour lequel excelle cette liseuse, c’est clairement la gestion des PDF. C’est la plus complète que j’ai vu ces dernières années, du moins sur ce point.

Stylet Wacom

Passons maintenant à ce qui fait l’originalité de la liseuse Onyx Boox Note Plus : son stylet Wacom. Gérant pas moins de 4096 points de pression, il n’utilise aucune batterie et se dote de deux boutons. Ils font tous deux office de gomme, l’un étant sur la tranche, l’autre en haut du crayon.

Stylet tactile Wacom

Bien qu’entièrement en plastique, ce stylet tactile m’a paru plutôt solide. Il est juste dommage qu’il ne possède pas de fixation magnétique pour le coller sur le bord de la liseuse quand on ne l’utilise pas. Mais intéressons-nous plutôt à ses fonctionnalités. Ce petit accessoire fonctionnera principalement pour deux tâches : le dessin numérique et l’annotation de documents.

Dessin numérique

Pour son stylet, Onyx a prévu une application dédiée sobrement appelée Note. Elle permet de créer des pages vierges destinées à accueillir du texte manuscrit ou des dessins. Les options sont bien trop nombreuses pour les décrire ici une par une. Sachez juste que presque tout est possible, de l’écriture de notes de musique sur une partition à la rédaction d’une liste de courses en passant par du dessin libre.

Dessin Onyx Boox Note Plus

Vous pouvez choisir plusieurs épaisseurs de trait et simuler au choix un pinceau ou un feutre. Le comportement de la gomme est aussi paramétrable. Le dernier firmware apporte même la possibilité de sélectionner une zone de dessin et de la déplacer, la pivoter ou modifier sa taille. En bref, les possibilités sont très nombreuses.

Si je craignais un manque de réactivité à cause de la dalle E-Ink, j’ai vite été rassuré. La liseuse s’avère incroyablement véloce, le tracé du stylet est fluide et les variations de pression très bien gérées. Les artistes devraient donc y trouver leur bonheur !

Annotation de PDF et e-books

Le stylet ne sert pas qu’à dessiner. Il offre aussi la possibilité de créer des annotations directement sur les PDF. C’est très pratique pour ajouter des détails sur un document technique ou souligner un point important sur une image. Le logiciel créé en fait une surcouche de dessin sur le fichier original. Vous pouvez ensuite exporter une copie du PDF annoté dans la mémoire, l’original restant intact.

Annotation e-book liseuse Onyx

De la même façon, il est possible d’annoter des e-books au format EPUB. C’est malheureusement plus limité, puisqu’il est impossible d’écrire directement sur le texte. Il faut se contenter d’une zone de dessin sur la partie droite de l’écran. Ça reste toutefois pratique pour mettre en avant des idées à la volée.

Le stylet Wacom apporte donc une réelle valeur à cette liseuse. C’est d’ailleurs son principal argument de vente. Si vous n’avez aucun intérêt dans le dessin ou la prise de note, je vous recommande cependant une liseuse plus classique en petit format.

Services de synchronisation

La Onyx Boox Note Plus possède plusieurs services de synchronisation, mais ils sont destinés à la sauvegarde des notes avant tout. Pour nous, utilisateurs français, il sera possible de passer par Evernote et Dropbox. Pour chaque page de note créée ou modifiée, la liseuse enverra une copie sur l’un de ces deux services. C’est donc plutôt pratique si vous utilisez en parallèle un smartphone ou une tablette.

En dehors de ça, il n’y a pas de synchronisation pour les e-books. Du moins, le choix est laissé à l’utilisateur. Comme nous l’avons vu, la Onyx Boox Note Plus profite de l’écosystème Android. Vous pouvez donc installer Google Drive ou tout autre service de stockage pour récupérer vos e-books depuis le cloud. Si vous avez une grosse bibliothèque Kindle, elle sera disponible sur l’application éponyme.

Au final, les possibilités de synchronisation sont nombreuses, mais dépendent surtout de vos usages. Une fois encore, il faudra prendre le temps de télécharger et configurer plusieurs applications.

Formats supportés

La liseuse Onyx supporte de nombreux formats, l’ouverture d’Android faisant une fois encore des miracles :

  • EPUB
  • PDF
  • AZW3
  • CBR
  • CBZ
  • CHM
  • DJVU
  • DOC/DOCX
  • FB2
  • HTML
  • MOBI
  • RTF
  • TXT

Et grâce à ses haut-parleurs ainsi que l’emport d’une puce Bluetooth, elle permet d’écouter de la musique ou profiter de livres audio. Le lecteur natif fait très bien le travail, mais rien ne vous empêche là encore de télécharger des applications comme Spotify ou Audible. Il est juste dommage que les haut-parleurs soient très limités en puissance…

Autonomie

Le principal défaut des liseuses Android provient de leur faible autonomie. La Onyx Boox Note Plus ne fait pas exception malgré une solide batterie de 4100 mAh. En coupant le Wi-Fi et le Bluetooth, on peut tenir un peu plus d’une semaine à raison d’une heure de lecture de PDF par jour.

On reste donc loin des 3 ou 4 semaines proposées par les liseuses plus classiques. On dépasse cependant largement les tablettes tactiles qui se déchargent en un ou deux jours. Onyx propose d’ailleurs un mode “Power Save” qui limite l’activité des applications en arrière-plan. Autant l’activer en permanence, il devrait vous faire gagner quelques précieuses heures d’utilisation.

La recharge quant à elle demande environ 2h, ce qui est plutôt bon pour une liseuse de ce gabarit.

Accessoires

Pour ce test, j’ai aussi reçu la coque de protection officielle. Cette dernière est de bonne qualité, couvrant parfaitement l’écran tout en laissant la connectique accessible. Le rabat dispose d’une petite dragonne pour y disposer le stylet. C’est bien pratique pour ne pas le perdre étant donné qu’il n’est pas magnétisé.

Coque protection Onyx Boox

L’intérieur de la coque est en micro-fibres. Deux patins sur la partie mobile évitent d’abîmer l’écran. On sent d’ailleurs qu’un certain soin a été apporté à la conception de cette protection qui s’avère indispensable pour conserver à l’abri cette liseuse haut de gamme.

Attache stylet coque Onyx

Il faudra d’ailleurs payer un montant assez élevé pour profiter de cette coque officielle qui est affichée à 38€ sur Amazon. Heureusement que la qualité est au rendez-vous !

Voir l'offre

Au final, quel usage pour cette liseuse ?

La Onyx Boox Note Plus est très particulière. Pour ma part, j’ai adoré l’utiliser durant ma semaine de test. Elle a su répondre à tous mes usages, en particulier la lecture de comics qui aura été un vrai plaisir avec son grand écran de 10.3″. J’ai un peu moins apprécié lire mes romans, la dalle étant dans ce cas trop grande à mon sens. Mais quel plaisir de retrouver tous mes livres en un seul endroit plutôt que de devoir passer par plusieurs appareils différents !

Large écran liseuse Onyx Note Plus

Quant au stylet, il m’a finalement servi plus souvent que je l’imaginais. Entre l’écriture de mon planning, la notation d’idées pour de futurs articles ou même la préparation d’une soirée jeux de rôles avec moult dessins, cette liseuse m’aura été très utile.

Tout le monde n’aura cependant pas un tel usage. Les personnes qui veulent lire avant tout passeront leur chemin. Tout comme les dessinateurs qui n’ont que faire de la lecture numérique. En fait, il faut chercher de la variété pour vraiment apprécier cette liseuse à son plein potentiel.

Conclusion

Onyx prend un pari risqué avec sa liseuse Note Plus. Parfois plus proche de la tablette, elle offre une foultitude de prestations. Il faut cependant prendre le temps de l’apprivoiser tant les possibilités sont nombreuses. Les bugs sporadiques freinent d’ailleurs l’expérience, sans pour autant la gâcher en permanence.

Test liseuse stylet Onyx Boox Note Plus

J’ai réellement apprécié découvrir cette liseuse totalement atypique. La gestion du stylet tactile  Wacom est vraiment bien réalisée, offrant de nombreuses possibilités. Grâce à sa puissance et son équipement très complet, la Onyx Boox Note Plus est probablement la liseuse numérique la plus complète que j’ai testé ces dernières années.

Réfléchissez cependant bien avant de passer à la caisse, elle ne correspondra pas à tous les publics. Je pense que ce sont avant tout les professionnels et les bidouilleurs qui sauront apprécier au mieux cette machine, surtout qu’elle demande un budget élevé.

Modèle avec Ecran en verre :

Voir l'offre

Modèle avec Ecran en plastique :

Voir l'offre

Ni liseuse, ni tablette tactile : une machine à part

7.8 sur 10
Les plus Design tout en légèreté / Ecran de belle qualité / Android offre de nombreuses possibilités / Stylet Wacom efficace / Nombreuses options pour la prise de notes / Performances impressionnantes pour une liseuse numérique / Mises à jour régulières Les moins Prix élevé / Pas d'éclairage frontal / Pas de port micro-SD / Des bugs de temps en temps / Interface en anglais depuis le dernier firmware / Autonomie moins bonne qu'une liseuse classique / Prise en main qui demande de la patience
le 0 575
- Marque(s) / Os :
Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *